Entrer votre recherche

Un court-métrage pour le goûter : « Next Floor » de Denis Villeneuve

Partager

Après deux premiers longs-métrages – Un 32 août sur terre  et Maelström – remarqués, Denis Villeneuve réalisait en 2008 le court-métrage Next Floor, une plongée nimbée d’étrangeté dans l’opulence de la bourgeoisie.

Des convives mangeant frénétiquement leurs repas, les bruits métalliques des couverts qui s’entrechoquent ou encore celui de mâchoires mastiquant ardemment de la viande saignante : non, vous n’êtes pas dans La Grande Bouffe (1973) – satire cynique et hilarante où un groupe d’amis riches incarnés entre autres par Marcello Mastroianni, Philippe Noiret et Michel Piccoli s’empiffrent au point de mourir – mais dans Next Floor de Denis Villeneuve. Contrairement au film de Marco Ferreri, le réalisateur de Prisoners (2013) dessine sans prosaïsme le glaçant portrait de la classe bourgeoise. Dans ce huis-clos baroque (et presque muet) aux airs de science-fiction, dans lequel les étages s’effondrent alors que les hôtes engloutissent leurs repas, Denis Villeneuve créé des cadres aux couleurs ternes finement composés – on décèle déjà la précision et le côté clinique de sa mise en scène.

À LIRE AUSSI >> Denis Villeneuve, écran fantastique

Un court-métrage dans lequel Villeneuve semble annoncer l’étrangeté lynchienne à l’oeuvre dans son film Enemy  (2013) et dans lequel il explore aussi la lutte des classes, comme il le fera dans Blade Runner 2049, suite du film culte de Ridley Scott sorti en 1982 – on y retrouve même une femme au look similaire à celui du personnage de Rachel dans le chef d’oeuvre de ce dernier. Bon visionnage !

Image : Capture YouTube
Esteban Jimenez

Tags:

Vous pourriez aimer

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.