Tapez pour chercher

Cannes Cinéma newscannes

« Roubaix, une lumière », nouveaux extraits pour le polar de Desplechin

Partager

Première incursion dans le film de genre pour Arnaud Desplechin avec Roubaix, une lumière, polar social présenté cette année en compétition officielle. Petite mise en bouche avec de nouveaux extraits du film qui viennent de tomber.

Ce n’est pas la première fois qu’Arnaud Desplechin doit fouler le tapis rouge de Cannes. Grand habitué du festival, le réalisateur de Rois et Reines ou de Trois souvenirs de ma jeunesse est toujours reparti bredouille, boudé par le palmarès, malgré l’enthousiasme provoqué par ses précédentes sélections.

L’heure est peut-être au changement. Cette fois, le cinéaste revient en compétition avec Roubaix, une lumière, un film de genre hyper attendu, au casting soigné. Pas de changement de décor pour Desplechin: il filmera à nouveau sa ville natale de Roubaix, terre de nombreux drames familiaux qu’il affectionne tant. Changement de ton en revanche: Roubaix, ville de lumière est un polar dans les règles de l’art.

Le film raconte l’histoire d’un commissaire expérimenté (Roschdy Zem), chargé de résoudre une affaire de meurtre sordide, dans laquelle un couple de jeunes femmes toxicomanes (Léa Seydoux et Sara Forestier) ont tenté d’assassiner une vieille dame. Connaissant Desplechin, on sait que ce n’est pas tant l’horreur du crime et l’anecdote morbide qui l’intéressent que l’introspection psychologique de ses personnages, et les premiers extraits ne démentent pas cette impression.

Dans la lignée d’Hitchcock (Desplechin a ouvertement cité Le Faux Coupable comme source d’inspiration), Roubaix, une lumière promet d’entremêler suspens narratif, chronique sociale et réflexion sur la culpabilité. Pour voir d’autres extraits et images, c’est juste ici.

Crédit photo: Copyright Shanna Besson

Tags:

Vous pourriez être intéressé par