CinémaCultureLe magazine
  • News
  • Article
  • 2 min

5 films d'horreur au féminin

  • Perrins Quennesson
  • 2022-11-28

Dans « She Will » de Charlotte Colbert, une actrice vieillissante, en pleine convalescence dans les Highlands écossais après une double mastectomie, trouve la force d’affronter d’anciens traumatismes, souvent résultats d’un sexisme bien trop ordinaire. Bienvenue dans l’horreur ! Les réalisatrices se réapproprient le genre pour conter d’autres versions de l’histoire. Une horreur cathartique pour ne plus seulement dénoncer, mais faire éprouver.

GRAVE

Une jeune étudiante végétarienne vire cannibale lors de sa première année d’école vétérinaire… Premier film, premier tour de force pour la désormais palmée Julia Ducournau (pour Titane, en 2021). En 2017, son récit d’émancipation, de découverte du désir et de quête d’identité au féminin était servi bien saignant. Grave est une quête de la jouissance entre extase, pulsion et chair bien fraîche, autour d’un agneau qui apprend à devenir prédateur parmi les requins.

Masterclasse Julia Ducournau : « L’aspect grotesque du corps, particulièrement à l’adolescence, c’est quelque chose qui me charme énormément »

Lire l'article

REVENGE

En 2018, la cinéaste Coralie Fargeat entraînait son héroïne dans un road trip vengeur après avoir été laissée pour morte par son ordure d’amant et ses amis violeurs… Avec Matilda Lutz (que l’on a revue ensanglantée mais de manière plus légère dans Coupez ! de Michel Hazanavicius), le jouissif, violent et impitoyable Revenge transforme avec délectation les prédateurs en proie. Et en profite pour défoncer une société bien trop permissive vis-à-vis des violences sexistes.

THE POWER

Dans un Londres seventies aux allures victoriennes, une jeune infirmière est de garde de nuit dans un immense hôpital délabré en pleine coupure de courant. Ça fait beaucoup, même pour ceux qui n’auraient pas peur du noir. Sorte de « Quand Carrie rencontre L’Exorciste » façon film de fantôme gothique et à grand renfort de jump scares, The Power de Corinna Faith raconte la puissance malveillante d’une masculinité si toxique qu’elle contamine tout. Aussi bien les murs que les âmes.

MISTER BADABOOK

Une mère ne parvient plus à contrôler son fils de 7 ans depuis la mort brutale de son mari, alors qu’il l’emmenait à l’hôpital pour accoucher. L’apparition d’un mystérieux livre de contes, Mister Babadook, et d’un sinistre croquemitaine ajoute du chaos et de la terreur à leur quotidien déjà pas jojo… Pour son premier film en 2014, Jennifer Kent n’hésitait pas à mettre les deux pieds dans le plat de la maternité contrariée et livrait une œuvre bouleversante sur l’inévitabilité du deuil.

CANDYMAN

En replongeant dans la mythologie de Candyman en 2021, la réalisatrice afro-américaine Nia DaCosta ne se contentait pas d’une mise à jour du tueur-dont-il-ne-faut-pas-prononcer-le-nom-cinq-fois. Elle proposait une réflexion ultra contemporaine sur l’oppression toujours bien vivace des communautés noires, la gentrification à toute berzingue et l’engagement opportuniste d’une néo-bourgeoisie en quête de légitimation. Avec cette suite-reboot produite par Jordan Peele, elle remettait la politique au cœur de l’horreur.

She Will de Charlotte Colbert, Alba Films (1 h 35), sortie le 30 novembre

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur