CinémaCultureLe magazine
  • News
  • Article
  • 3 min

SCÈNE CULTE : « C’est arrivé près de chez vous » fête ses 30 ans  

  • Léa André-Sarreau
  • 2022-11-10

Une scène de beuverie qui tourne au fiasco, un monologue parodique et des goélands. Il suffit de quelques ingrédients farcesques aux réalisateurs de ce film culte et impoli, qui défraya la chronique au Festival de Cannes en 1992, pour démasquer le grotesque monstrueux de leur personnage principal, serial killer misanthrope campé par le génial Benoît Poelvoorde, dont c'était le premier rôle.  

Festival de Cannes, 1992. La rumeur court qu’un film secoue la Semaine de la critique. Provoquant, brutal, C’est arrivé près de vous ne tarde pas à devenir sur place un ovni incontournable, qui divise et choque – il remportera finalement trois prix (celui de la SACD, de la critique internationale et de la jeunesse).

Blow Up se pose la question : c’est quoi Benoît Poelvoorde ?

Lire l'article

Il suit sur plusieurs mois la vie d’un serial-killer aux tendances exhib, filmés en direct par une équipe de télé devenue complice d’une abjecte boucherie. Ce mockumentaire né de trois cerveaux déjantés et à l'époque inconnus – le français André Bonzel et les Belges Benoît Poelvoorde et Rémy Belvaux (décédé en 2006) – a piqué à l’émission Strip-tease son cocktail abrasif : un diagnostic de la misère sociale et des déviances humaines coupé à un humour noir ravageur. En dandy psychopathe, raciste et mégalo, sociologue du dimanche et analyste politique bidon, dont la culture n’a d’égal que sa débilité, Benoît Poelvoorde incarne notre voyeurisme, notre appétence morbide pour le fait-divers, le drame et les images glauques qu’ils charrient.   

Scène culte : « Pink Flamingos » de John Waters

Lire l'article

Sa posture de gourou messianique est renversée dans une séquence qui révèle habilement sa logorrhée stérile. Alors qu’il vient de dépouiller une vieille dame, Benoît prend quasiment en otage l’équipe de tournage pour aller manger des moules-frites au bord de la mer. A table, aviné, la bouche déformée par un orgueil tout ridicule, il se perd dans un de ses longs monologues dont il a le secret.   

Sauf que cette-fois ci, la caméra l’abandonne pour rejoindre le bord de mer, où démarre une série de plans fixes façon carte postale. Une digue, un banc de sable, des nuages flottants… puis deux pano-travellings sur Benoît, en tenu d’Adam, en train de faire des galipettes sur le sable.   

Scène culte : « West Side Story » de Robert Wise et Jerome Robbins

Lire l'article

Le défilé de ce roman-photo pathétique n’a pas stoppé l’incontinence verbale du personnage : « Avec la mer du Nord, le long du golf clair, des vagues dodues, des poissons volants comme des goélands, des planctons en veux-tu en voilà, et des saumons rouges surgissant de l’au-delà, et les algues pourpres, et les goélands d’hiver. Rien, non, rien, ne m’empêchera de citer ton nom : mer ! mer ! mer, cruelle marâtre amère et les… ».  

Cette pseudo prose poétique, parodie d’un poème à la Prévert ou à la Eluard (comment ne pas penser au célèbre vers « Liberté, j’écris ton nom », ici détourné de façon prosaïque) s’interrompra par le bruit d’un dégueulis. Au restaurant, Benoît a rendu ses moules-frites – image hautement scatologique qui permettra de faire redescendre le grossier personnage du piédestal intellectuel sur lequel il s’était narcissiquement installé. Les estomacs se détraquent, les masques tombent, le sophiste nous apparaît sous son vrai jour : comme un assassin baratineur. Derrière cette image grotesque s’organise la vision cynique des réalisateurs, la métaphore d’une société tout entière qui digère et vomit littéralement la violence comme un produit de consommation.   

C’est arrivé près de chez vous de Remy Belvaux, André Bonzel et Benoît Poelvoorde, ressortie le 9 novembre, 1h32, L’Atelier Distribution  

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur