Cannes 2021CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • News
  • Article
  • 3 min

Rétro : le Forum des Images rend hommage à Chantal Akerman

  • Trois Couleurs
  • 2021-06-04

Jusqu'au 6 juin, une rétro inédite organisée au Forum des images permettra de (re)voir "News From Home", "Jeanne Dielman" ou "La Captive".

En partenariat avec le Festival Premiers Plans d’Angers, le Forum des images rend hommage à Chantal Akerman. Jusqu'au 6 juin, on pourra redécouvrir une quinzaine de long-métrages de la cinéaste belge avant-gardiste, dont Jeanne Dielman, 23, quai du commerce, 1080 Bruxelles, chronique sur l’aliénation d’une jeune veuve qui élève seule son fils et se prostitue chez elle (Delphine Seyrig).

Rythme lent, dépressif, découpage minimaliste qui permettent de saisir le vide d’une existence morne : ce chef-d'oeuvre cristallise toute l'ascèse mais aussi la dimension politique du travail d'Akerman, qui met en lumière le quotidien domestique d'une femme invisibilisée : « Quelque part, ce film est un film d’amour à ma mère. Il reconnaît l’existence de femmes comme elles, généralement niées », déclarera-t-elle dans une archive de 1977.

Laura Mulvey analyse l’oeuvre avant-gardiste de Chantal Akerman

Lire l'article

Suite de ce riche programme avec Je, tu, il, elle (1974), journal filmé essentiellement composé de plans-séquences pudiques au sein desquels la réalisatrice (devant et derrière la caméra) change ses meubles de place, rédige une lettre impossible à finir, fixe le spectateur avec intensité, mange du sucre et fait l’amour. Un autoportrait cru, dont les images en apparence glacées posent une question : comment exister à la fois pour les autres et pour soi-même ? 

Chantal Akerman par sa monteuse Claire Atherton

Lire l'article

On pourra aussi redécouvrir News From Home (1997), documentaire en forme de conversation épistolaire avec sa mère, dans lequel la cinéaste lit d’une voix fragile les mots de cette figure absente, pour la convoquer symboliquement à ses côtés. Mais aussi l'étonnant Golden Eighties, comédie musicale tournée en studio où l'on croise Delphine Seyrig, Charles Denner, Lio, personnages à la Jacques Demy qui traversent avec désenchantement les années 1980, amoureux éperdus qui se croisent et se manquent dans une galerie marchande.

Todd Phillips revendique l’influence de Chantal Akerman sur son « Joker »

Lire l'article

Il ne faudra pas manquer La Captive (2000), récit tragique librement inspiré de La Prisonnière de Marcel Proust, sur un jaloux maladif (Stanislas Merhar). Nullement encombrée par la prose si difficile à retranscrire en images de Proust, Akerman livre un film épuré, à l'esthétique bressonnienne, où les mouvements de l'âme sont radiographiés grâce à une attention particulière portée aux détails et aux gestes infimes.

Christophe Honoré, Claire Atherton, Jean-Michel Frodon, Marilyn Watelet, Aurore Clément ou encore Dominique Païni viendront présenter les films lors de séances spéciales.

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur