Cannes 2021CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • Article
  • 5 min

Régina Demina, et si ton EP était un film ?

  • Trois Couleurs
  • 2018-06-18

« Si mon album était un film, ce serait clairement un giallo 2.0, brumeux et ouaté comme Phenomena de Dario Argento.  Un film d’atmosphère glacé et étrange avec des aubes interminables comme Un lac de Philippe Grandrieux. Ce serait l’histoire de Betty Blue dans 37°2 le matin de Jean-Jacques Beineix, amoureuse de la petite frappe sous psychotrope d’Enter the Void de Gaspar Noé. Lui serait en fait un monstre qui vampirise l’héroïne qui, fascinée et hantée comme dans Possession d’Andrzej Żuławski, irait pleurer et rire de son Été Meurtrier avec Adjani. Ce serait l’errance, celle des Diables de Christophe Ruggia ou la réplique de Julie Harris dans La Maison du diable de Robert Wise lorsqu’elle dit : « C’est horrible et reposant, comme si je me noyais. » Ce serait les sœurs de Virgin Suicides de Sofia Coppola, en plein Lost in Translation dans Crash de David Cronenberg. »

 »L’été Meurtrier » de Régina Demina (Kwaidan Records)
Photo : © Guillaume Héry

Tags Assocíes

  • musique

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur