CinémaCultureLe magazine
  • News
  • Queer Gaze
  • Article
  • 3 min

QUEER GUEST · Paloma : « C’est la première fois qu’en voyant un film, je me suis dit : “je me sens représentée” »

  • Timé Zoppé
  • 2022-10-18

On a demandé à des figures queer d’âges et d’horizons différents de nous parler de la première image, vue au cinéma ou à la télévision, qui a fait battre leur petit cœur queer. Cette semaine, Hugo Bardin, alias Paloma, grande gagnante de Drag Race France, qui fera partie du jury fiction de la prochaine édition du festival Chéries-Chéris, du 19 au 29 novembre dans les cinémas mk2.

QUEER GUEST est une série d'articles issue de notre rubrique "QUEER GAZE", le cinéma LGBTQ+ raconté par la journaliste Timé Zoppé.

Paloma, quelle cinéphile es-tu ?

Lire l'article

« Je pense que la première image queer que j’ai vue, c’était celle de Catherine Deneuve et Fanny Ardant qui s’embrassent dans 8 femmes de François Ozon [sorti en 2002, ndlr]. Mais je pense que j’étais plus touché par Firmine Richard qui chante « Pour ne pas vivre seul » que par ce baiser hétéronormé, en tout cas qui correspond selon moi à un fantasme hétérosexuel. D’ailleurs, je ne pense pas que ça soit un film si queer que ça, ni très féministe. Je pense que c’est un film d’un cinéaste fan de cinéma et d’actrices, mais il n’y a pas assez de sororité pour que ça soit féministe.

François Ozon tourne « Madeleine » avec Isabelle Huppert et Dany Boon

Lire l'article

La première image qui a vraiment eu du sens pour moi, c’est Shortbus de John Cameron Mitchell [2006, ndlr]. C’est le premier vrai film queer que j’ai vu à l’adolescence. Je devais avoir 15 ou 16 ans – je ne sais pas si j’avais le droit de le voir, d’ailleurs… Avant, j’avais vu des courts métrages comme Une robe d’été d’Ozon, sauf que ce n’était pas des films queer mais des films gays. Shortbus, c’est vraiment un film queer. J’avais été ému par tous les personnages. C’est la première fois qu’en voyant un film, je me suis dit : “je me sens représenté”.

[MOTS CROISÉS] John Cameron Mitchell : « J’ai voulu explorer le côté punk de la queerness. »

Lire l'article

Quelques années plus tard, il y a eu un film qui a inspiré encore plus tard mon court-métrage Paloma, The Torch Song Trilogy de Paul Bogart [sorti en France en 1990, ndlr]. C’est un de mes films préférés. C’est centré sur un personnage de drag queen, et c’est la première fois que je voyais un film sur le sujet qui s’éloigne de la vision de Priscilla. Folle du désert – un film que j’adore aussi mais qui montre une vision totalement fantasmée de notre métier. Dans Torch Song Trilogy, c’est une version un peu plus réaliste et qui croise des sujets importants, comme l’apparition du sida.

Le sida à l’écran, une affaire de morale

Lire l'article

Je l’ai vu pour la première fois au Cours Florent, je devais avoir 20 ans. C’était ma prof de théâtre, Frédérique Farina, qui m’avait dit de le regarder. Elle voulait que je joue une scène, j’avais joué l’intro dans la loge, le monologue déchirant interprété par Harvey Fierstein dans le film. J’avais commencé le drag à 17 ans et arrêté en sortant du cours Florent, parce que certains profs m’ont dit qu’il fallait que je me virilise pour les castings. Le genre de truc très utile pour mon développement personnel, évidemment, et qui m’a fait gagner beaucoup de temps sur la vie, puisque j’ai repris le drag seulement à 28 ans… »

L'édition 2022 du Festival Chéries-chéris se déroulera du 19 au 29 novembre dans les cinémas mk2. Toutes les infos ici.

QUEER GAZE · « ‘Titanic’, naufrage de mon hétérosexualité »

Lire l'article

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur