CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • Article
  • 5 min

Oulaya Amamra, la femme savante

  • Louis Blanchot
  • 2020-03-16

Quatre ans après sa révélation pour son rôle dans Divines (qui lui valut le César du meilleur espoir féminin), Oulaya Amamra a fait du chemin: un film avec Romain Gavras (Le monde est à toi), un autre avec André Téchiné (L’Adieu à la nuit), un dernier enfin avec Philippe Garrel, Le Sel des larmes (qui sort en salles le 14 juillet). Une trajectoire de cinéma exigeante qui en dit long sur les ambitions de cette apprentie comédienne biberonnée à Molière, à quelques mois d’achever sa formation au prestigieux Conservatoire national supérieur d’art dramatique.

Ce  fut d’ailleurs entre les murs de l’école, comme simple élève, qu’Amamra fut remarquée par Garrel pour tenir le rôle de Djemila, une jeune Montreuilloise séduite (puis négligée) par un provincial monté à Paris. Professeur au Conservatoire national supérieur d’art dramatique, le cinéaste se plaît en effet à mêler exercices et expériences professionnelles en auditionnant ici ses propres étudiants pour les trois rôles principaux du Sel des larmes. «Avec lui, c’est très simple: tu lis le texte avec quelqu’un. Et c’est soit “oui”, soit “non”, soit “peut-être avec une autre personne”. Ce n’est pas une question de justesse, mais d’alchimie avec le scénario et avec l’autre.»

Une méthode de casting radicale et parfois déstabilisante, redoublée au tournage par des partis pris atypiques – «Sauf accident technique rédhibitoire, Garrel ne tourne qu’une seule prise. Autant le travail de répétition est méticuleux, autant le tournage est envisagé comme le lieu où la vie et les aléas doivent prévaloir.» Le mélange de grâce et de fébrilité du film est à ce prix. Il en faut plus pour déstabiliser cette fausse débutante, déjà rompue à la pression du métier, qui fit ses premières armes sur les planches à 12 ans et qui a toujours rêvé d’intégrer la Comédie-Française.

Ainsi la vocation de cette native de Viry-Châtillon tire-t-elle son origine d’une expérience de spectatrice, salle Richelieu, où Catherine Hiegel électrisa l’adolescente dans le rôle de Toinette, la servante du Malade imaginaire de Molière. «Depuis, ce personnage fait partie de mon ADN, au point que j’ai tenu à l’incarner à chaque étape du concours du Conservatoire.»

À LIRE AUSSI : Le renouveau du cinéma français : visions périphériques

Un choix de cœur mais aussi de raison, puisqu’elle campa Toinette pendant près de cinq ans sous la direction de sa grande sœur, Houda Benyamina, qui en fit ensuite l’héroïne teigneuse de son premier long métrage, Divines, en 2016. «À l’origine, elle ne voulait même pas que je passe le casting. Elle pensait que j’étais trop coquette, trop réservée pour camper un personnage aussi fort, aussi agressif. Mais en vérité, plus c’est loin de ce que je suis, et plus c’est jouissif pour moi.»

CORPS ET ÂME

Danse classique, école catholique, textes de Molière et de Marivaux sur la table de chevet: Oulaya a beaucoup de choses à faire oublier à sa sœur pour la convaincre qu’elle peut incarner Dounia et ses rêves de criminalité. Déterminée à faire plier ce mur de résistance, la cadette modifie son comportement au quotidien, transforme sa frimousse de jeune première en ganache de caillera impertinente. Un investissement qui obligea la réalisatrice à se rendre à l’évidence, mais ne fut pas sans conséquences dans le cursus de la lycéenne. «Pendant la préparation, j’étais tellement imprégnée de la personnalité de Dounia que j’ai été renvoyée de mon école pour insolence. Je dois tout à ce rôle, mais je lui ai aussi tout donné.»

Au point qu’il fut très difficile pour elle d’en sortir, alimentant sa détermination à intégrer le Conservatoire, où elle put à nouveau laisser libre cours à un naturel discret, observateur, voire très studieux. «Je prends des notes tout le temps: durant les cours, les répétitions, et même durant les tournages. Je considère l’existence comme un apprentissage perpétuel.»

À 24 ans, l’épisode Divines est maintenant largement dépassé, mais semble avoir confirmé chez elle une prédilection pour les expériences de jeu sans concession, comme en témoignent ses modèles (Isabelle Huppert, «pour son intelligence et les risques qu’elle a pris durant toute sa carrière») ou ses cinéastes préférés (elle aimerait jouer pour Lars von Trier ou Michael Haneke). Et si le cinéma l’a déjà consacrée, la comédienne reste au plus profond d’elle-même dévouée au théâtre. «La sensation que je peux éprouver derrière un rideau de théâtre, je ne l’ai jamais retrouvée sur un plateau. Au cinéma, tu es un rouage, tu es au service du film. Au théâtre, tu es directement au service du public. Ça fait battre le cœur beaucoup plus fort.» 

Photo : © Guillaume Malheiro Styliste : Valentino

: «Le Sel des larmes»

de Philippe Garrel,

Ad Vitam (1h40),

Sortie le 14 juillet

Tags Assocíes

  • Divines
  • Le Sel des larmes
  • Oulaya Amamra
  • Philippe Garrel

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur