CinémaCultureLe magazine
  • Paradiscope
  • Article
  • 3 min

À voir sur les plateformes : des dinosaures, l'Apocalypse et des fantasmes peu avouables

  • Lily Bloom
  • 2023-01-09

Cette semaine dans notre rubrique “Paradiscope”, on se rue sur le dernier Park Chan Wook, la nouvelle série de Nicolas Winding Refn, ou encore le toujours obsédant "Eyes Wide Shut" de Kubrick.

Decision to Leave de Park Chan Wook (2022)

Prix de la mise en scène au Festival de Cannes 2022, ce très grand film en trompe-l’œil est d’une sophistication extrême. Faux polar mais vrai mélo, à mi-chemin entre Vertigo et In the Mood for Love avec une touche de Basic Instinct, il s’intéresse à la relation ambigüe entre un détective et une femme fatale. Le détective enquête sur la mort de son mari, elle en est, bien évidemment, la principale suspecte, mais alors qu’il devrait la surveiller, un étrange lien de fascination et d’érotisme se noue entre eux. Le film se trouble, ne se termine pas quand il le devrait et prend une trajectoire descendante, débutant aux sommets des montagnes pour se terminer en-dessous du niveau de la mer, entre désolation et incertitude.

Dispo sur MYCANAL

« Decision To Leave » de Park Chan-wook : vertigineux thriller sentimental

Lire la critique

Jurassic World de Colin Trevorrow (2015)

En ces temps troublés, il ne faut pas bouder les chances de se réfugier dans l’univers de Spielberg, et cela même s’il s’agit d’un blockbuster opportuniste et bourrin qui exploite la nostalgie du premier Jurassic Park, vingt ans après. Jurassic World n’est pas une révolution, mais pour les fans de la première heure, le film fait le job, il est même super cool car c’est une véritable orgie de dinosaures, un grand spectacle populaire avec sa romance neuneu et ses personnages secondaires hauts en couleurs. Et il y a même Omar Sy dedans. Un grand film d’aventure old school auquel on peut accorder une efficacité redoutable, un sens de l’humour certain et une (petite) réflexion sur les manipulations génétiques. 

Dispo sur MYCANAL

Copenhagen Cowboy de Nicolas Winding Refn (2023) 

Si l’on tentait de faire un pitch de cet ovni apocalyptique, on pourrait dire qu’une jeune femme qui fait des miracles, Miu, traverse les enfers, du passé vers le futur. On ne comprend pas grand-chose à son odyssée dans les bas-fonds de Copenhague, sinon qu’elle est en quête de vengeance. La violence est crue, omniprésente, les humains poussent des cris de cochons, il est question de prostitution, de trafics en tous genres et de surnaturel, c’est un peu chaotique mais l’ensemble est hypnotique. Le réalisateur de Drive semble particulièrement inspiré par l’exercice sériel et en profite pour expérimenter encore et toujours en offrant une réflexion sur la fiction post pandémie et l’avidité des hommes. 

Dispo sur Netflix

« Drive » sur Arte : de quoi s’est inspiré Nicolas Winding Refn pour son film dément ?

Lire l'article

White Noise de Noah Baumbach (2022)

Le premier confinement nous a tous surpris ; les blockbusters nous avaient préparés à tout sauf à une apocalypse apathique et triviale, et les réalisateurs se sont débattus pour tenter d’inventer des fictions dignes d’intérêt sur le sujet. Cela a donné beaucoup de films embarrassants et quelques réussites comme Venez voir de l’espagnol Jonas Trueba (au cinéma depuis le 4 janvier) ou comme ce nouveau film de Noah Baumbach, avec Adam Driver et Greta Gerwig. Le réalisateur plonge une famille d’intellos bizarres dans un contexte très anxiogène. Alors qu’un nuage toxique menace leur ville, ils se débattent pour survivre et surtout retrouver la sécurité de leur vie ordinaire. En adaptant un récit de Don de Lillo, Noah Baumbach signe une étude de la condition humaine exigeante et hilarante.

Dispo sur NETFLIX

« White Noise » : ce qu’en pensent les critiques sur Twitter

Lire l'article

Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick (1999) 

Film posthume d’un réalisateur démiurge, Eyes Wide Shut est une œuvre labyrinthique et crépusculaire. Tout en signes opaques, il nous plonge dans l’intimité d’un couple en proie aux tourments de l’adultère et on ne sait démêler avec certitude ce qui relève des rêves, des fantasmes ou de la réalité. Le couple en crise à l’écran est tenu par Tom Cruise et Nicole Kidman qui formaient à l’époque un couple mythique, mais le film précipitera leur séparation. Et si la photogénie de leur duo participe de la fascination pour le film, la mise en abîme vertigineuse de leurs différents continue d’alimenter les interprétations autour de ce chef d’œuvre intemporel, érotique et froid. À voir les yeux grands ouverts.

Dispo sur PRIME VIDEO

Trois scénarios inédits de Stanley Kubrick retrouvés chez lui

Lire l'article

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur