Festival de Venise 2022CinémaCultureLe magazine
  • News
  • Critique
  • Article
  • 2 min

Notre guide des films à ne pas manquer cette semaine

  • Trois Couleurs
  • 2022-03-15

En salles dès le 16 mars : un thriller social porté par la jamais décevante Laure Calamy, un drame chinois sur un travailleur du sexe en plein deuil amoureux, un docu qui questionne l’utopie transhumaniste, et bien d'autres surprises.

LES COUPS DE COEUR DE LA REDAC'
Pour se sensibiliser aux sorts des travailleur·ses du sexe Moneyboys de C. B. Yi 

Dans ce premier film écorché qui suit l’itinéraire d’un travailleur du sexe, le cinéaste sino-autrichien C. B. Yi, véritable révélation, pose un regard sans compromis sur la société chinoise. À travers l’errance de son personnage principal, Fei, C. B. Yi fait le portrait sensible d’une jeunesse prise dans cette injonction de devoir envers la famille – ce que le réalisateur relie à la forte prégnance du patriarcat, dans une société qui prend racine dans le confucianisme. C'est aussi l'histoire du deuil d’un premier amour, filmé avec un spleen déchirant.

« Moneyboys » de C. B. Yi : la chair triste

Lire la critique

C. B. Yi, réalisateur de « Moneyboys » : « J’ai appris à observer comme quelqu'un d'étranger »

Lire l'interview
Pour Laure Calamy (dont le fan-club s'étend chaque jour)→ À plein temps d’Éric Gravel

Julie (Laure Calamy), une mère célibataire, vit à la campagne avec ses deux enfants, et doit se rendre quotidiennement dans la capitale, où elle gère un groupe de femmes de chambre qui travaillent dans l’hôtellerie de luxe. Lorsqu’elle décroche l’entretien d’embauche dont elle rêvait, une grève des transports éclate… Éric Gravel signe un thriller social tout en frénésie, qui ausculte avec acuité la condition salariale des femmes.

« À plein temps » d’Éric Gravel : sans répit

Lire la critique
Pour sortir des clichés sur les troubles mentaux → Funambules d’Ilan Klipper 

Le quotidien d’une poignée d’êtres rongés par des troubles psychiatriques qui s’intègrent mal dans notre société. Avec ce documentaire aussi atypique que ses sujets, qui ne renie ni sa part de mise en scène ni sa dimension fictionnelle, Ilan Klipper signe un film de l’entre-deux, dont chaque protagoniste a conscience d’évoluer dans un autre monde. Et nous confirme par la même occasion que vivre confiné, chez soi ou dans sa tête, n’empêche aucunement d’être inquiet.

« Funambules » d’Ilan Klipper : malaise dans la civilisation

Lire la critique
Pour comprendre les mystères de la matière grise → Cinq nouvelles du cerveau de Jean-Stéphane Brond 

Le talentueux documentariste suisse Jean-Stéphane Bron part enquêter sur les intrications entre cerveau humain et intelligence artificielle pour mieux nous situer aujourd’hui par rapport à l’utopie transhumaniste. Si le film est bien chapitré en cinq parties, on assiste plutôt à un sinueux parcours qui agrège connaissances, informations et hypothèses actuelles sur le fonctionnement du cerveau, sans que rien ne soit assené comme une vérité.

« Cinq nouvelles du cerveau » de Jean-Stéphane Brond : anatomie de la matière grise

Lire la critique
Pour les amateurs de docus engagés → L’Empire du silence de Thierry Michel

Le cinéaste belge, qui consacre depuis une trentaine d’années des docus à l’histoire de la RDC, meurtrie par l’exploitation minière et la corruption de ses dirigeants, poursuit son combat pour la reconnaissance des souffrances vécues ces vingt-cinq dernières années par la population congolaise, et pose la question de la responsabilité de grandes institutions internationales.

« L’Empire du silence » de Thierry Michel : un docu percutant sur l'histoire récente du Congo

Lire la critique
Pour se laisser envoûter par un giallo contemporain → Medusa d'Anita Rocha da Silveira

Dans ce nouveau film stupéfiant sur l’appréhension de la féminité, à la croisée du giallo et de la satire politique, la Brésilienne Anita Rocha da Silveira raconte l'histoire de ferventes évangélistes en croisade contre les « pécheresses » qui osent faire acte d’émancipation. En bande, masquées, elles les agressent dans les rues sombres d’une ville brésilienne, les forçant à faire allégeance au Christ…

« Medusa » d'Anita Rocha da Silveira : un Brésil horrifique en voie d’évangélisation

Lire la critique
EN SALLES ÉGALEMENT

L’Histoire de ma femme d’Ildiko Enyedi

Dans ce drame en costumes de la Hongroise Ildiko Enyedi, une femme libre et mystérieuse (Léa Seydoux) plonge son capitaine de mari dans le désarroi, dans le Paris des années 1920.

Trois fois rien de Nadège Loiseau

La vie de trois SDF surnommés Brindille, Casquette et Flèche bascule le jour où ils gagnent au Loto… Un buddy movie drôle et touchant sur le pouvoir de nuisance de l’argent.

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur