CinémaCultureLe magazine
  • Critique
  • Article
  • 2 min

« Le Sixième enfant » de Léopold Legrand : dés(accord) familial

  • Margaux Baralon
  • 2022-09-26

Deux familles que tout oppose échangent un enfant. De ce sujet délicat, Léopold Legrand tire un premier long métrage sans jugement ni pathos, illuminé par de belles idées de mise en scène.

Dès le départ, Franck (Damien Bonnard) et Julien (Benjamin Lavernhe) ne se comprennent pas. Le premier est ferrailleur, membre de la communauté des gens du voyage, arrêté pour un menu larcin. Le second, avocat aux honoraires beaucoup trop élevés pour ce client. Puis ils finissent par trouver un terrain d’entente et obtiennent une peine allégée pour Franck.

Par le truchement des petits aléas insignifiants de l’existence – des transports en commun qui ne fonctionnent pas, une politesse qui empêche de refuser une invitation –, leurs mondes viennent à se croiser au-delà du tribunal. Jusqu’à ce que Meriem (Judith Chemla), la femme de Franck, enceinte pour la sixième fois, propose à Anna (Sara Giraudeau), l’épouse de Julien désespérée de ne pas avoir d’enfants, de prendre ce bébé qu’elle n’a pas les moyens de nourrir…

Le Sixième Enfant raconte cet improbable arrangement sur un rythme étrange et gracieux, fait d’ellipses et de moments suspendus. Le réalisateur, qui n’oublie jamais d’avoir de la tendresse pour ses personnages, déplace peu à peu son point de vue du duo des maris à celui des femmes, explorant avec délicatesse tout ce que la maternité peut comporter de déchirements. Il en résulte un film simple mais habile dans sa façon d’éviter les écueils du drame familial comme du film social, et de célébrer la sororité.

Le Sixième Enfant de Léopold Legrand, Pyramide (1 h 32), sortie le 28 septembre

Image (c) Pyramide

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur