CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • Article
  • 5 min

Le bras cassé du mois: un scénariste raté

  • Trois Couleurs
  • 2019-03-22

Le monde réel est plein de héros manqués qui se prennent pour des personnages de fiction…Aujourd’hui, on vous raconte les aventures d’un jeune homme obsédé par son voisin scénariste…

Tu as découvert qu’un nouveau voisin dans l’immeuble d’à côté était scénariste. Le job de tes rêves, ton fantasme, ton Graal. Deux fois, tu l’as alpagué pour lui proposer ton aide. « Je vois ce que les autres ne voient pas », as-tu insisté. La première fois, il t’a caressé les cheveux (sans enlever ses moufles) en face de l’immeuble; la seconde, il t’a tapoté le dos près des poubelles (comme on le ferait avec une jument). Double humiliation : ton diable intérieur s’est réveillé en sursaut. Une nuit, tu as décidé de contacter Janusz, un vague cousin geek, pour espionner le voisin méprisant et le mettre sur écoute: s’il a un projet, tu dois savoir lequel – il en parlera peut-être au téléphone. Janusz t’a prévenu : «Espionner va te rendre fou. Fais attention, peut-être qu’il n’y aura rien, ça peut durer des mois. » La folie naviguait déjà dans tes veines, paisiblement, comme une boîte de thon catalane éventrée sur la Seine. Elle t’avait rendue totalement insomniaque. La nuit, tu restais en short de bain sur le balcon, avec des jumelles braquées sur l’appartement de ton voisin, au cas où tu l’apercevrais en train d’écrire.

Le soir où ton cousin s’est mis à parler d’intelligence artificielle pour mener à bien le projet d’espionnage, ton père, présent, l’a chopé par le col. «Pourquoi tu veux nous fourguer un truc artificiel ? T’as pas une vraie intelligence ? » Long silence. Tout passerait donc par une enceinte connectée et piratée – un cadeau de ton entreprise que tu avais en double lui dirais-tu – que tu offrirais à ta victime en guise d’amitié sincère. Celui-ci ne se méfierait pas : il ne se nourrit que de yaourts au bifidus, il vit dans un monde parallèle. Bingo: il l’a prise de bon cœur, comme prévu. Pendant douze jours, Janusz n’a rien eu à se mettre sous la dent, si ce n’est flatulences et petits cris pendant la nuit. Le treizième, il t’a divulgué un secret douloureux : « Il prépare un film sur un voisin. Je crois que c’est toi. Il dit qu’il t’a vu jardiner sur ton balcon avec la raie découverte et prendre ton bain sur le ventre. Il a appelé un collègue pour l’aider à écrire. Ça s’appellera Le Bras cassé. »

Tags Assocíes

  • cinema
  • le brassé cassé du ciné

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur