CinémaCultureLe magazine
  • News
  • Marrakech 2022
  • Article
  • 2 min

Julie Delpy prépare la comédie « Barbarians »

  • Trois Couleurs
  • 2022-11-15

Après la savoureuse série « On The Verge », l'actrice-réalisatrice revient avec un projet intrigant et ambitieux.

Julie Delpy nous a habitués à voyager en eaux troubles, entre comédies romantiques bavardes (2 Days in Paris, 2 Days in New York) et drame sur la filiation flirtant avec la science-fiction (le récent et très réussi My Zoé). Au Festival de Marrakech, dont la 19e édition se tient jusqu'au 19 novembre (on a le plaisir de le couvrir, lire ici notre programme), l'actrice-réalisatrice a présenté son nouveau projet, une comédie sur les réfugiés syriens, rapporte Variety : « Ce film a une saveur unique. C'est drôle et sombre. Beaucoup de gens ont abordé ce sujet mais je pense que mon point de vue est unique ». Avant de laisser entendre qu'il s'agira d'une fresque chorale : « C'est un assemblage de personnages. Je viens de terminer l'écriture. J'écris, je réalise et je joue. »

Julie Delpy : « C’est l’histoire terrible et fascinante du roi Salomon : est-ce qu’on peut garder un enfant vivant si on le coupe en deux ? »

Lire l'interview

Festival de Marrakech / Jim Jarmusch : « J’ai toujours été du côté des vampires »

Lire l'entretien

Rapidement, Julie Delpy, qui a débuté sa carrière chez Jean-Luc Godard et Bertrand Tavernier, laisse de côté les annonces factuelles pour s'exprimer sur la cruauté de l'industrie hollywoodienne envers les actrices qui vieillissent naturellement : « Je ne me suis pas touchée. Pas d'injections. Pouvez-vous imaginer un monde où tout le monde a exactement les mêmes lèvres et les mêmes traits qu'une Kardashian ? Je pense que la chirurgie plastique donne une dureté. On perd la douceur. Je vieillis. Je commence à ressembler à ma grand-mère. Il y a de la douceur, et je vais la laisser vivre. »

Tout en notant une amélioration quant à la représentation des femmes à Hollywood : « Il y a 20 ans, il était presque inouï d'être une femme réalisatrice à Hollywood. On pouvait les compter. Nancy Meyers. Catherine Hardwicke. »

Krzysztof Kieślowski vu par Julie Delpy

Lire l'article

En parallèle, rappelons que Julie Delpy prépare depuis quelques années A Dazzling Display of Splendor, un road-trip sur une famille d'artistes à Hollywood, pendant les débuts du muet, et que sa série On the Verge, sur les délicieuses tribulations de quinqua en pleine crise existentielle, est à (re)voir sans modération.

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur