CinémaCultureLe magazine
  • Critique
  • Article
  • 2 min

« Jesus Lopez » de Maximiliano Schonfeld : sortie de route

  • Thomas Messias
  • 2022-07-11

Après la perte de son cousin, espoir de la course automobile fauché en pleine gloire, un ado effacé prend peu à peu sa place. Quitte à risquer la même sortie de route… Un récit initiatique traversé par l’obsession de la virilité et la figure du double.

Abel vit dans la province d’Entre Ríos, au nord-est de l’Argentine. Veillant sur sa sœur enceinte, filant un coup de main à contrecœur dans la ferme familiale, attendant que sa vie démarre. Que la lumière aveuglante qui irradie la plupart des séquences ne nous y trompe pas : la mort récente de Jesús, son cousin, promis à un brillant avenir de pilote, a dévasté Abel et son clan. Au-delà du chagrin évident, un terrible constat s’impose : même avec le plus grand des talents, toute personne naissant dans ce village semble condamnée à y végéter.

« Le meilleur moyen de partir d’ici est peut-être de mourir », fait dire Maximiliano Schonfeld à l’un de ses personnages. Pourtant, le réalisateur argentin ne cesse de chercher la lumière – on est si loin de ce qu’aurait tiré d’un tel sujet le Bruno Dumont de La Vie de Jésus, aux thématiques pourtant très voisines (motos, ruralité et figures christiques). L’important est ici d’observer jusqu’où Abel va pousser le mimétisme avec sa défunte idole et, à travers cela, comment les jeunes mâles confondent quête de virilité et accomplissement. Car, dans Jesús López, tout ce qui compte, c’est de devenir un homme, un vrai, et surtout de se prouver qu’on en est un. Qu’importe le prix.

Jesús López de Maximiliano Schonfeld, Tamasa (1 h 26), sortie le 13 juillet

Image Copyright Tamasa Distribution

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur