CinémaCultureLe magazine
  • Entretien
  • Article
  • 2 min

L'île vue par... Jean-Gabriel Ganascia, philosophe et informaticien

  • Quentin Grosset
  • 2022-07-23

Dans sa vidéo de présentation de son métavers, en octobre dernier, Mark Zuckerberg s’exprimait devant un paysage d’île déserte. Le philosophe et informaticien Jean-Gabriel Ganascia, président du comité d’éthique du CNRS, explique ce que sous-tend cette analogie entre île et monde virtuel.

« Dans la science-fiction, le métavers, cet univers virtuel où une communauté de personnes interagissent sous forme d’avatars, n’est pas du tout lié à la figure de l’île. Les premiers romans qui le mettent en scène, Simulacron 3 (1964) de Daniel F. Ganouye, Simulacres (1964) de Philip K. Dick, présentent plutôt le métavers de manière dystopique. Dans la vidéo de Zuckerberg, il y a transformation de ce qui est dystopie en utopie – l’utopie, dans l’ouvrage du même nom de Thomas More publié en 1516, étant à l’origine une île.

L'île vue par... Ruben Östlund

Lire l'article

Je pense qu’il veut donner une image positive d’évasion dans un univers idéal où les contraintes de la réalité s’estompent pour favoriser la rencontre. Cette utopie, elle est particulière parce qu’elle est soumise à ses ambitions d’homme d’affaires. Son idée, c’est qu’il pourrait y avoir un seul grand métavers qui fusionnerait tous les autres, et il laisse entendre qu’il pourrait en être le grand chef. De ce point de vue, c’est l’opposé de l’utopie de More, où la circularité de l’île connote l’égale distance, l’équilibre entre les personnes. »

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur