CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • Paradiscope
  • Article
  • 3 min

Krzysztof Kieślowskiet, Yasujiro Ozu : ils sont dans le nouvel épisode de mk2 curiosity

  • Trois Couleurs
  • 2021-12-27

Cette semaine, on revoit "Le Décalogue 1 : Un seul Dieu tu adoreras" de Krzysztof Kieślowski, drame qui questionne la foi et la mort, et "Herbes flottantes", une magnifique curiosité du japonais Yasujiro Ozu.

Décalogue : Un seul Dieu tu adoreras de Krzysztof Kieślowski (1989, 56’, Pologne)

Dans le premier épisode de cette série inspirée des dix commandements de l’Ancien Testament, Krzysztof Kieślowski questionne la spiritualité mise à l'épreuve par la mort. Pawel, un garçon de 11 ans, grandit entre son père, professeur de linguistique, pragmatique athée et passionné d'ordinateurs, et sa tante, Irena, une catholique fervente. Le jour où Pawel décède suite à un tragique incident, son père remet en cause sa foi inébranlable en la science et se révolte contre Dieu... Glacé, mélancolique, ce drame questionne la fatalité du destin, mais aussi l'obsession pour la technologie qui vire à la déification.

Pour mieux cerner le travail du cinéaste polonais, on vous propose de découvrir À la recherche de Krzysztof Kieślowski : un travail de restauration (2021, 11’, France), documentaire éclairant sur ses méthodes de travail et ses intentions les plus profondes, notamment sur le mystère de l’étalonnage.

Krzysztof Kieślowski : portrait d'un éternel intranquille

Lire l'article

Herbes flottantes de Yasujirō Ozu (1959, 119', Japon)

Pour son cinquante-et-unième long-métrage, le cinéaste japonais propose un remake sonore et en couleurs de son propre classique muet, Histoire d’herbes flottantes (1934). On y suit une troupe de théâtre kabuki dont l'acteur principal a connu une aventure des années auparavant avec une femme de l’endroit, avec laquelle il a eu un fils, Kiyoshi. La maîtresse de Komajuro découvre son secret et envoie une actrice de la troupe, Kayo, le séduire... Couleurs expressives, compositions organiques, refus d'une mise en scène artificielle : grâce à une ascèse contemplative, Ozu saisit la quintessence du temps qui traversent les êtres. En bonus, on vous propose une présentation du film par le réalisateur et critique de cinéma Takashi Shimizu, qui explique pourquoi cette œuvre à la beauté plastique ébouriffante constitue une délicieuse surprise dans la filmographie d’Ozu.

Quand Claire Denis déclarait son amour à Yasujirō Ozu

Lire l'article

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur