Festival de CannesCinémaCultureGEn.ALe magazine
  • Critique
  • Article
  • 2 min

« Ham on rye » : vague à l’âme adolescent

  • Quentin Grosset
  • 2021-12-06

À partir d’une série d’instantanés sur le passage à l’âge adulte dans une banlieue américaine indéfinie, le réalisateur Tyler Taormina compose un beau teen movie flottant et impressionniste.

Si l’on reste un peu formel, Ham on Rye raconte juste l’histoire d’une ado, Haley, qui s’abandonne à la contemplation dans un parc ensoleillé. Son regard glisse au-delà du square et s’immisce dans le quotidien des gens de son âge. Ses camarades préparent la traditionnelle fête de fin d’année, qui aura lieu dans une sandwicherie d’une banlieue américaine quasi intemporelle, celle qu’on voit dans tous les teen movies depuis les années 1950…

Mais, au-delà de ce pitch minimaliste, c’est la minutie de Tyler Taormina qui emporte. Le récit foisonne de micro­fictions au style éthéré, se mêlant par petites touches très sensibles dans cette journée déterminante pour des personnages qui échappent toujours à leur stéréotype – le nerd, le garçon sportif, la fille populaire…

Taormina filme leurs gestes parfois maladroits (se maquiller, enfiler un costume trop grand, danser trop vite) comme des rituels dans lesquels sa caméra plonge avec lyrisme, se lovant par des ralentis contre les reliques de l’adolescence : des Converse, un bandana… La seconde partie du film, nocturne, presque fantomatique avec ces plans de diners ou de parkings vides, saisit quant à elle un vague à l’âme, le sentiment que cette soirée, ou cette cérémonie, n’aura plus jamais lieu.

Ham on Rye de Tyler Taormina, Ed (1 h 26), sortie le 8 décembre

Image (c) Ed Distribution

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur