Cannes 2021CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • Critique
  • Article
  • 5 min

Notre guide des films à ne pas manquer cette semaine

  • Trois Couleurs
  • 2021-06-21

Avec "Une histoire à soi" d'Amandine Gay, "Wendy" de Benh Zeitlin, "Gagarine" de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh et "Ibrahim" de Samir Guesmi.

LES COUPS DE CŒUR DE LA RÉDAC'

Une histoire à soi d'Amandine Gay

"Ce n'est pas toujours aussi dramatique, mais on a quand même tendance à oublier que pour qu'une famille puisse se constituer, il a fallu qu'une autre soit détruite ailleurs" nous a expliqué la réalisatrice et sociologue afro-féministe Amandine Gay à propos d'Une histoire à soi.

Après son vibrant Ouvrir la voix (2017), sur les expériences de femmes noires en France et en Belgique, Amandine Gay signe un documentaire passionnant sur la question de l'adoption internationale en France. Subtil maillage d'images d'archives familiales et de récits, en voix off, de cinq personnes adoptées, le film déploie une émotion et un réseau de questions vertigineux et nécessaires.

Amandine Gay : son nouveau documentaire "Une histoire à soi"

Lire l'entretien

Gagarine de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh

Ivry-sur-Seine. La cité Gagarine, vaste ensemble de briques rouges inaugurée par l’astronaute Youri Gagarine en 1963, est menacé par un projet de démolition. Youri (Alséni Bathily), qui rêve d'être astronaute, décide de construire dans les bâtiments en voie de démolition un cocon personnel ressemblant à l’intérieur d’un vaisseau...

En transformant la disparition de la cité Gagarine en vibrante épopée spatiale, Fanny Liatard et Jérémy Trouilh signent un merveilleux film d’aventure confiné (leur premier long-métrage), et parviennent à capter dans un même mouvement cinématographique des décennies de récits familiaux et de souvenirs intimes.

"Gagarine" : 2021, l'utopie de l'espace

Lire la critique

Wendy de Benh Zeitlin

Oubliez tout ce que vous savez sur la légende de Peter Pan et sa version édulcorée à la sauce Disney. Huit ans après son bouillonnant premier film, Les Bêtes du sud sauvage, Benh Zeitlin revient avec un nouveau récit galvanisant sur des enfants perdus.

On y suit Wendy, une gamine du sud des États-Unis, fille de la serveuse d’un diner miteux et Peter, petit manitou espiègle qui vient appâter Wendy et ses deux frères pour qu’ils viennent rejoindre sa bande de mioches sur une mystérieuse île volcanique. Objectif : ne pas grandir, jamais, car l’âge adulte sonne le glas des jeux et des espoirs...

Wendy : au pays des enfants perdus

Lire l'article

Minari de Lee Isaac Chung

Doublement primé à Sundance en 2020, ce film du réalisateur coréano-américain Lee Isaac Chung suit une famille d’origine sud-coréenne qui, à l’aube des années 1980, s’installe sur un vaste terrain d’Arkansas pour y établir une ferme. Se pose bientôt la question du lien social distendu et des dangers climatiques pour ce quatuor habitué à la vie californienne. Réflexion sur le déracinement et le désir d’appartenance, il travaille patiemment ses personnages pour mieux défricher des réponses.

"Minari" : retour aux sources

Lire la critique

Ibrahim de Samir Guesmi

Sélectionné à Cannes en 2020 et Valois d’or du Festival du film d’Angoulême, ce premier long-métrage de Samir Guesmi - devant et derrière la caméra - dresse le portrait à la fois romanesque d'un père et son fils. Abdel Bendaher y incarne un ado dont le père est écailler dans une grande brasserie parisienne.

Le jour où Achille, un copain voyou, l’entraîne dans un vol qui tourne mal, le père d’Ibrahim doit payer une grosse somme... Les rapports entre Ahmed et son fils se tendent, mais l’ado est prêt à tout pour effacer sa dette. Avec ce coming of age social, Samir Guesmi filme avec acuité les quartiers populaires et les rapports intergénérationnels. Il révèle aussi le jeune acteur Abdel Bendaher, qui irradie de mélancolie.

Abdel Bendaher, révélation d'"Ibrahim"

Lire notre portrait

LES AUTRES SORTIES DE LA SEMAINE

Cruella de Craig Gillespie, Walt Disney, 2 h 14

D'où l'on vient de Jon M. Chu, Warner Bros, 2 h 23

Freaky de Christopher Landon, Universal Pictures International, 1 h 42

Indes Galantes de Philippe Béziat, Pyramide, 1 h 48

Milan Calibre 9 de Fernado Di Leo, May X Distribution, 1 h 28

Opération Portugal de Frank Cimière, Sony Pictures, 1 h 30

Shorta de Anders de Anders Ølholm, Alba Films, 1 h 48

Tokyo Shaking d'Olivier Peyon, Wild Bunch, 1 h 41

Un espion ordinaire de Dominic Cooke, SND, 1 h 52

Zazie dans le métro de Louis Malle (ressortie), Malavida, 1 h 22

Image : Copyright Les Films du Losange

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur