CinémaCultureLe magazine
  • News
  • Article
  • 2 min

Notre guide des films à ne pas manquer cette semaine

  • Trois Couleurs
  • 2022-07-12

En salles dès le 13 juillet : un polar captivant et intelligent dans les couloirs de la PJ, un drame argentin sur un deuil impossible, une rétro autour de Pasolini.

Pour ceux qui en ont marre des intrigues redondantes de New York, Police judiciaireLA NUIT DU 12 de Dominik Moll

Yohan (Bastien Bouillon), un enquêteur fraîchement nommé à son poste, est hanté par « L’affaire Clara », du prénom d’une jeune femme brûlée vive dans une petite ville de montagne près de Grenoble. Pour résoudre l'affaire, il fait équipe avec Marceau (un grand sentimental colérique campé par Bouli Lanners)... Dominik Moll greffe à ce polar « classique », une observation des dynamiques plus intimes qui régissent la PJ, à laquelle s’ajoute une réflexion fine sur les rapports entre les sexes.

« La Nuit du 12 » de Dominik Moll : un polar hanté et imperturbable

Lire la critique

Pour vivre une course de vitesse contre la mort→ JESUS LOPEZ de Maximiliano Schonfeld

Après la perte de son cousin, espoir de la course automobile fauché en pleine gloire, un ado effacé prend peu la place de son idole disparue. Quitte à risquer la même sortie de route… Un récit initiatique traversé par l’obsession de la virilité et la figure du double, baigné dans une lumière aveuglante.

« Jesus Lopez » de Maximiliano Schonfeld : sortie de route

Lire la critique
Pour redécouvrir le génie de Pasolini

Cette année marque le centenaire de la naissance du cinéaste italien (1922-1975), dont l’œuvre mystique et provocante a attisé toutes les passions. Alors que ressortent cet été certains de ses plus grands films (Accattone et Mamma Roma sont à découvrir dès le 13 juillet)) et que se multiplient les parutions et événements, on a voulu s’arrêter un instant sur la face nomade de ce libre penseur.

Quête de sens, observations sociologiques… Les voyages spirituels de Pasolini

Lire l'article

Les Nuits de Mashhad d’Ali Abbasi

Relatant une série de féminicides commis il y a vingt ans en Iran par un tueur fanatique, Ali Abbasi ose un thriller sanglant qui a valu le Prix d’interprétation à Cannes à l’actrice Zar Amir Ebrahimi.

Rifkin’s festival de Woody Allen

Woody Allen revient avec une comédie romantique et psychanalytique sur un couple d’Américains en goguette, cinéphile et adultère, au festival de San Sebastián, en Espagne.

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur