Cannes 2024CinémaPETIT ÉCRANCultureQUEER GAZEDIVINE GANGI.A. QUOI ?Le magazine
  • News
  • Article
  • 5 min

Le festival Côté Court reprend du service à Pantin

  • Justine Carbon
  • 2024-04-24

Pendant pas moins de 10 jours, du 5 au 15 juin, la 33e édition de ce repère de nouveaux talents vous donne rendez-vous pour découvrir la nouvelle garde du court-métrage.

32 œuvres composent la  « Compétition fiction ». Parmi elles, on peut compter le court du cinéaste Jérémy Piette : Le Garçon qui la nuit. Le cinéaste et journaliste convoque dans ce récit ses souvenirs d’ado en terre bretonne. Son héros, Arthur, se met à rêver d’une créature chimérique qu’on appelle avec des larmes… Un voyage dans la nuit que l’on retrouve dans Pleure pas Gabriel de Mathilde Chavanne. Présenté à la Semaine de la critique, en 2023, ce court métrage suit la virée nocturne du jeune Gabriel, le temps d’une nuit et d’une rencontre salvatrice.

La réalisatrice Garance Kim rejoint également la compétition, avec Tomber d’amour, une autre traversée de l’âge, mais cette fois-ci de la trentaine et des désarrois amoureux qu’elle peut abriter. Sur fond de dîner de famille, la réalisatrice engage un règlement de compte familial faisant voler en éclat l’intime.

Autre réalisateur en lice, Jonathan Millet, qui présentera à cette occasion Joana dans l’univers. On ignore toutefois si le cinéaste, qui ouvrira la 63e Semaine de la critique avec Les Fantômes, renoue ici avec ses fictions politiques.

Pleure pas Gabriel  © MANIFEST

Ambitionnant d’explorer le large spectre de la création courte, la section « Essai et Art vidéo » permettra de découvrir 30 œuvres. L’artiste-chercheuse et cinéaste, Gala Hernández López, récemment récompensée du César du meilleur film de court métrage documentaire pour La Mécanique des fluides, propose avec For Here Am I Sitting In A Tin Can Far Above The World une installation vidéo, à mi-chemin entre le docu-fiction et la performance, lui permettant d’aborder des thématiques telles que le capitalisme numérique computationnel, le féminisme et, plus globalement, l’état du monde.

Autre pan non négligeable du programme, le sélection « Grand angle » qui réunit cette année 36 propositions artistiques. Le jeune cinéaste Clément Perot s’invite ainsi dans la programmation, avec dans Dans la tête d’un orage, présenté lors de la dernière Quinzaine des cinéastes. Dans ce court métrage entre documentaire et fiction, il capture le quotidien estival de jeunes vivant dans une banlieue proche de Calais. 

Dans la tête d'un orage © Jonas Films

A lire aussi : Gala Hernández López : « L’amour, les affects, les émotions, c’est un fluide, c’est ingouvernable. »

Lire l'article

A lire aussi : LE NOUVEAU · Clément Pérot, en éclosion

Lire l'article

Cette 33e édition repose sur une sélection de 144 films, repérés parmi 2601 titres. Dans le détail, 65% sont réalisés par des cinéastes encore jamais passés à Côté court, et 51% feront leur première projection à Pantin. Cette sélection comprend 48% de cinéastes femmes et 52% de cinéastes hommes.  

33e édition du festival Côté court, du 5 au 15 juin 2024.

Retrouvez toute la sélection ici

Image : © festival Côté court 2024

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur