CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • News
  • Article
  • 3 min

Expo : Wang Bing à l'honneur au BAL

  • Trois Couleurs
  • 2021-05-28

Le BAL met à l'honneur l'oeuvre politique de Wang Bing, à travers une installation immersive conçue par l'artiste lui-même.

Du 26 mai 14 novembre 2021, le BAL inaugure sa réouverture avec une rétrospective inédite consacrée à Wang Bing. Archiviste pointu qui explore les marges de la Chine, ses territoires et ses peuples oubliés, le cinéaste s'est fait connaître en 2004 avec À l’ouest des rails, son premier film magistral de 9 heures sur le démantèlement d’un site industriel colossal.

Depuis, il a promené sa caméra dans un hôpital psychiatrique de Yunnan (A la folie, 2013), mais aussi interrogé des rescapés des camps de rééducation des années 1950 (où ont été enfermés des intellectuels suspectés à tort par le régime maoïste d’avoir des idées d’ultradroite) dans Les âmes mortes (2018).

Wang Bing, à la folie

Lire notre entretien

Pour mettre en lumière le travail documentaire, anthropologique et engagé du cinéaste, le BAL proposera de revoir ses films emblématiques. L’exposition proposera une installation immersive dans l’œuvre de Wang Bing, conçue par le réalisateur lui-même. On y trouvera une trentaine de séquences issues de six films : Père et fils (2014), À la folie (2013), L’Homme sans nom (2009), 15 Hours (2017), À l’ouest des rails (2003).

"La portée politique du cinéma de Wang Bing, jamais ouvertement revendiquée, s’exprime par une éthique de la patience, de la concentration, de la persistance. Etre là, ni trop loin, ni trop prés, attendre, ne pas partir, ne pas intervenir, ne pas savoir à priori, laisser la vérité des personnages advenir d’elle-même : ce dispositif minimal traduit bien la volonté de se soumettre à ce qui arrive. S’il s’en remet à l’autre, Wang Bing pour autant ne disparait pas. Tout est vu et entendu depuis sa camera, unique point de captation. Son souffle haletant perceptible, le bruit de ses pas ou l’apostrophe d’un ouvrier (« tu filmes ? ») attestent de l’omniprésence invisible, tel un filtre sensible, de son corps filmant" expliquent dans le communiqué Dominique Païni et Diane Dufour, les commissaires de l’exposition.

Les films présentés dans l'exposition seront projetés dans leur intégralité à l’occasion de la rétrospective Wang Bing à La Cinémathèque française du 9 au 24 juin 2021.

: Wang Bing, l’œil qui marche, du 26 mai au 14 novembre 2021 au BAL

Visuel : 15 Hours, 2017, vidéogramme (c) Wang Bing / Galerie Chantal Crousel

Wang Bing, aux marges de la Chine

Lire l'entretien

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur