Festival de CannesCinémaCultureGEn.ALe magazine
  • Critique
  • Article
  • 2 min

« Ennio » de Giuseppe Tornatore

  • Damien Leblanc
  • 2022-07-04

Avec ce documentaire-fleuve qui décortique le processus créatif d’Ennio Morricone, Giuseppe Tornatore délivre un poignant portrait du génial compositeur de musiques de films disparu il y a deux ans, et rend un vibrant hommage aux émotions cinématographiques.

Auteur de plus de cinq cents bandes originales de films et associé à jamais aux westerns de Sergio Leone et à tant d’autres chefs-d’œuvre dont il composa les musiques, Ennio Morricone était une légende bien avant de disparaître le 6 juillet 2020. Giuseppe Tornatore, réalisateur de Cinema Paradiso (dont Ennio Morricone signa la déchirante partition), a longuement interviewé le compositeur à propos de sa carrière et dévoile ici ces entretiens, auxquels il ajoute de passionnants témoignages (de Marco Bellocchio, Dario Argento, Quentin Tarantino, Joan Baez ou Bruce Springsteen), des archives en tous genres et de nombreux extraits de films.

Conçu comme un spectacle qui fait passer par des émotions variées, le film raconte comment les sublimes compositions de Morricone découlaient des blessures d’un génie en quête de reconnaissance, frustré de voir que la composition de musiques de films était alors considéré comme un art mineur. Recherchant en permanence l’inventivité et l’expérimentation, comme quand il créa la foudroyante partition d’Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon, Morricone apparaît ici dans toute sa sensibilité et tout son perfectionnisme, ce qui rend l’hommage particulièrement bouleversant.

Ennio de Giuseppe Tornatore, Le Pacte (2 h 36), sortie le 6 juillet

Image (c) Le Pacte

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur