Festival de CannesCinémaCultureGEn.ALe magazine
  • Critique
  • News
  • Article
  • 1 min

Vu à la Berlinale : « Rimini » d’Ulrich Seidl

  • Timé Zoppé
  • 2022-02-12

Après « Paradis : Espoir » en 2013, l'Autrichien Ulrich Seidl revient en Compétition à la Berlinale avec ce portrait fictionnel et tragicomique d'un chanteur de variété sur le retour, installé dans la petite ville côtière italienne de Rimini, et qui se prostitue à l'occasion auprès de ses fans retraitées.

Depuis des années, RichieBravo écume les dancings et les clubs défraîchis de Rimini, petite cité italienne sur la côte adriatique. Ce géant à la mèche blonde et aux costumes kitsch y caresse de sa voix et de son charisme de crooner des retraitées conquises. Seulement, Richie a une villa avec piscine et un alcoolisme à entretenir. Alors, pour arrondir les fins de mois, il vend ses charmes aux plus offrantes...

Vu à la Berlinale : « Peter von Kant » de François Ozon

Lire la critique

On en a vu, des portraits de losers magnifiques au cinéma. Pourtant, quelque chose dans le personnage de Richie captive d'emblée. Peut-être parce que le voir se lever chaque matin pour assurer sa survie, peu importe la violence de la gueule de bois et de la précarité, avec une sorte d'enthousiasme bonhomme et d'irrépressible foi en la vie, a quelque chose d'impressionnant. À le regarder se lancer inlassablement dans les rues et sur les plages noyées de brume de Rimini, affublé de son manteau de viking en peau de bête, on admire son énergie à maintenir une existence si triste. Et ce n'est pas l'arrivée inattendue de sa fille tout juste majeure, qu'il n'a quasiment pas vue depuis le berceau et qui vient lui demander sèchement réparation, qui va l'abattre – bien au contraire.

Vu à la Berlinale : « Incroyable mais vrai » de Quentin Dupieux

Lire la critique

Si on regrette une certaine complaisance misérabiliste de la part de Seidl, notamment quand il filme à plusieurs reprises le père de Richie et ses très gênants accès de nationalisme en maison de retraite, on finit étrangement par se caler sur le rythme de son héros, pour au final mieux comprendre ses failles et ses parts d'ombre, plus souterraines que ce qu'on aurait pu croire.

Vu à la Berlinale : « Occhiali neri » de Dario Argento

Lire la critique

Et Seidl de ne pas oublier de faire apparaître, en filigrane, la violence d'une autre misère, celle des migrants qui s'échouent dans une ville côtière qui ne daigne même pas leur offrir des chambres d'hôtel vides alors que, visiblement, elle en regorge.

Berlinale 2022 : la liste des films sélectionnés en compétition

Lire l'article

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur