Festival de CannesCinémaCultureGEn.ALe magazine
  • Critique
  • News
  • Article
  • 2 min

Vu au festival du cinéma de Brive : « Planète triste » de Sébastien Betbeder

  • Quentin Grosset
  • 2022-04-09

Mise en abyme de l’atelier que Sébastien Betbeder a lui-même réalisé avec des lycéens, le drôle et poétique Planète triste met en scène des élèves qui prennent en charge leur prof un peu lunaire. Le film a reçu le prix spécial Ciné+ et le prix CMCAS et CCAS.

Avant que l’on découvre son prochain long, Les Braves (dont la sortie est prévue cette année) le réalisateur de 2 automnes, 3 hivers nous revient avec ce moyen-métrage tendre et décalé, qui fait l’effet d’un hug – pour faire référence à l’une de ses plus émouvantes séquences. Rémi (Grégoire Tachnakian), qui n’a pas encore réalisé son premier long, anime un atelier cinéma avec des lycéens d’Ivry-Sur-Seine.

Bernard Menez, bilan d’étape

Lire l'article

Corps burlesque dans la tradition des grands maladroits du cinéma français (Pierre Richard, Bernard Menez…), il se heurte d’abord à l’incompréhension des ados lorsqu’il leur montre un de ses courts arty … Peu à peu, chacun s’apprivoise, à force d’écoute (très belle séquence où les élèves se racontent un à un) et d’entraide (Rémi leur confie son malaise par rapport à sa position d’autorité), un film de science-fiction va se faire sous nos yeux. Planète triste témoigne avec tendresse d’une conduite de cinéaste à laquelle on ne peut que souscrire : l’éloge du collectif, le refus du paternalisme et de l’infantilisation, le goût pour le bricolage et l’accident.

Vu au festival du cinéma de Brive : « S’il-vous-plaît arrêtez tous de disparaître » de Laura Thomassaint

Lire l'article

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur