Festival de Venise 2022CinémaCultureLe magazine
  • News
  • Critique
  • Berlinale 2022
  • Article
  • 3 min

« Peter von Kant » de François Ozon : Fassbinder au masculin

  • Timé Zoppé
  • 2022-02-10

Moins d'un an après avoir présenté en Compétition à Cannes « Tout s'est bien passé », François Ozon ouvre la Berlinale avec cette relecture des « Larmes amères de Petra von Kant », la pièce et le mélo cultes de R.W. Fassbinder. Un film de fan ludique et méta, plus enlevé que l'original, hommage aux grandes actrices (Isabelle Adjani, Hanna Schygulla), mais aussi une réflexion sur les rapports de pouvoir.

Tout est là : le lit douillet sur une estrade, le tapis blanc à poils longs, la reproduction agrandie du Midas et Bacchus de Poussin placardée au mur, la machine à écrire au rythme quasi menaçant, le téléphone gris à la sonnerie stridente, l'alcool, les larmes, le drame. C'est presque le même appartement que dans le film de 1972, sauf que la démiurge et torturée Petra est devenue Peter (excellent Denis Ménochet), que Marlene, l'assistante/esclave muette, est devenue Karl (Stefan Crepon, hilarant de mimétisme avec l'interprétation mythique d'Irm Hermann), et que Karin, la jeune modèle objet de désir, est devenue Amir (Khalil Gharbia).

La rédac à la Berlinale 2022

Lire l'article

François Ozon relit le classique de Fassbinder au masculin, ce qui avait tout pour faire peur sur le papier. À l'arrivée, la transposition fonctionne, car elle sert, en fait, à faire un portrait de Fassbinder dans ses innombrables facettes, aimables et malaimables. À Cologne, Peter von Kant, au seuil de ses 40 ans, est un cinéaste reconnu mais en pleine crise après une rupture. Lors de la visite de son actrice et amie Sidonie (Isabelle Adjani, dans un rôle de diva taillé pour elle), il fait la rencontre d’une nouvelle connaissance de celle-ci, le jeune et magnétique Amir, qui rêve de se faire une situation. Le lendemain soir, après une opération séduction à base de dîner aux chandelles et d'un malaisant casting filmé, Amir accepte d'emménager chez Peter.

« Peter von Kant » de François Ozon : ce qu'en pensent les critiques sur Twitter

Lire l'article

On sent tout de suite davantage l'écart d'âge et de milieu entre les deux amants que dans la version originale (Hanna Schygulla et Margit Carstensen, les interprètes du film de Fassbinder, n'ont d'ailleurs en réalité que trois ans d’écart). Cette étude des rapports de pouvoir dans un couple évoque un autre chef d'œuvre de Fassbinder, Tous les autres s'appellent Ali, dans lequel une veuve allemande entretenait une relation passionnelle avec un immigré marocain bien plus jeune qu'elle (joué par El Hedi ben Salem, l'un des amants de Fassbinder et dont Ozon donne le patronyme au personnage d'Amir).

Vu à la Berlinale : « Incroyable mais vrai » de Quentin Dupieux

Lire la critique

En entrelaçant ainsi avec panache vie réelle, films et vie fantasmée, François Ozon impulse une énergie nouvelle à ce huis-clos à l'origine très versé dans la mélancolie. Plus ramassé, moins littéraire et plus ostensiblement drôle, le film ne délaisse pourtant pas la dimension mélodramatique de son matériau de base. Un terreau que viennent travailler les présences habitées de deux reines : Isabelle Adjani et Hanna Schygulla herself, qui revient hanter cette histoire en tant que mère de Peter/Fassbinder, évidemment.

Image (c) Diaphana Distribution

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur