CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • Critique
  • Article
  • 1 min

« Kuessipan » : nouveaux territoires

  • Thomas Messias
  • 2021-07-02

Sur la côte Nord du Québec, les parcours croisés de deux jeunes femmes reflètent la dispersion progressive de la communauté innue. Un drame original et sensible sur le rapport entre l’amitié et l’éclosion individuelle.

Shaniss et Mikuan vivent dans une réserve de la Côte-Nord du Québec, au sein de la communauté innue (un peuple autochtone du Canada). À tout juste 17 ans, la vie semble déjà éloigner ces amies de toujours : tandis que l’une fonde une famille, l’autre tombe amoureuse d’un Blanc et se rêve écrivaine…

D’un roman témoignage de Naomi Fontaine, qui cosigne l’adaptation avec elle, Myriam Verreault tire un drame à hauteur de femmes dans lequel le déterminisme social est moins une fatalité qu’un énième ennemi à terrasser. La cinéaste place côte à côte les amitiés d’enfance et les territoires ancestraux : tenter de s’en affranchir, c’est avoir l’impression de trahir.

Réflexion sur l’identité et la fidélité, Kuessipan (qui signifie « à toi » dans la langue innue) n’occulte ni la violence des mots ni celle des coups, ce qui n’interdit pas à son propos d’être rempli d’espoir. Car jamais les désillusions n’empêcheront ces héroïnes d’avancer.

: Kuessipan de Myriam Verreault, Les Alchimistes (1 h 57), sortie le 7 juillet

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur