Festival de CannesCinémaCultureGEn.ALe magazine
  • Critique
  • News
  • Article
  • 2 min

Vu à la Berlinale : « Incroyable mais vrai » de Quentin Dupieux

  • Juliette Reitzer
  • 2022-02-11

Depuis « Réalité » (2014), on savait qu'entre Alain Chabat et Quentin Dupieux, ça matchait, mais peut-être pas à ce point. L’acteur illumine la nouvelle fantaisie du cinéaste français, « Incroyable mais vrai », qui mêle absurde et crise existentielle. Le film, présenté en séance spéciale à la Berlinale, sortira le 15 juin.

À peine arrivées à Berlin, on savourait le nouveau Quentin Dupieux quand soudain : bug, l’écran s’éteint, le son continue, puis le film saute et reprend quelques minutes plus tôt. La salle était mi-figue mi-currywurst : fallait-il alerter le projectionniste ou était-ce partie intégrante du programme ? Bon, c’était un banal problème de projection (déception), mais quand même, drôle de timing : le film raconte justement l’histoire d’un couple (parfaits Alain Chabat et Léa Drucker) qui emménage dans une maison où se trouve un conduit aux pouvoirs fascinants... Les modalités sont assez techniques (on ne les dévoilera pas ici pour garder le mystère) et bien expliquées par l’agent immobilier très pro (génial Stéphane Pezerat) qui fait la visite : cette trappe, dans la cave, c’est le clou du spectacle.

« Incroyable mais vrai » de Quentin Dupieux : ce qu’en pensent les critiques sur Twitter

Lire l'article

La rédac à la Berlinale 2022 : ce qui nous attend

Lire l'article

Ouvrez-là messieurs-dames, et descendez dans le trou – vous n’allez pas en croire vos yeux. Le couple sceptique s’engouffre, emprunte l’échelle métallique, et… n'en croit pas ses yeux. « Incroyable non ? », dit l’agent immobilier, bon vendeur. « Vous la prenez ? » Ils la prennent bien sûr, et très vite la femme est comme happée par ce trou magique, dans une quête narcissique vers la jeunesse et la beauté (qui se mue bien sûr en descente dans la folie), tandis que lui la regarde, tristoune mais impuissant.

Vu à la Berlinale : « Peter von Kant » de François Ozon

Lire notre critique

Ce que n’est pas son ami et patron, joué par Benoît Magimel (parfait en assureur beauf), qui s’est fait greffer une bite électronique qu’il commande depuis son smartphone (ce qui le mène, lui aussi, tout droit vers la folie narcissique). A partir de ces deux intrigues (le trou et la bite, donc), Dupieux déroule habilement son programme de toujours : laisser l’absurde percer le banal (et dans ce registre, soyons clairs, Alain Chabat est inégalable), puis observer (avec humour et style) les dérèglements occasionnés, glissant ça et là des hommages à ses maîtres - une image empruntée au Chien andalou de Buñuel, un clin d’œil à Didier de Chabat.

Dupieux, Godard, les frères Farrelly : la figure de l'idiot au cinéma

Lire notre décryptage

C’était une mouche géante dans Mandibules, un pneu qui trace sa route dans Rubber, une bosse énorme qui défigure Eric Judor dans Wrong Cops… Ici, Dupieux s’amuse en plus à faire s’entrechoquer les époques, une science-fiction branlante (la fameuse verge n’arrête pas de tomber en panne) côtoyant une nostalgie tout aussi hors sol (le héros joue à Pac-Man au lieu de bosser et fait de la pêche à la ligne pendant que sa femme perd la boule). A l’arrivée, tout le monde semble largué, inadapté à une époque elle-même barrée, mais - même si le film se délite un peu sur la fin - on s’est bien marrés.

Décryptage : petit recit du non-sens au cinéma

Lire l'article

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur