CinémaCultureLe magazine
  • News
  • Article

CANNES 2022 · « El Agua » d’Eleanor López Riera : une fascinante émancipation

  • Quentin Grosset
  • 2022-05-18

Dans un beau premier long métrage hanté, la cinéaste espagnole Elena López Riera confronte le surnaturel de légendes espagnoles à l’ébullition des ados d’aujourd’hui à travers son portrait d’Ana, jeune fille qui reprend possession de son histoire.

Dans un village du Sud-est de l’Espagne court un bruit, certaines femmes de la famille d’Ana auraient « l’eau en elles ». Lorsqu’une tempête éclate, celles-ci seraient vouées à être englouties, comme appelées par la rivière qui déborde. On fait bien sentir à Ana (Luna Pamies) qu’elle pourrait être la prochaine de cette obscure lignée de disparitions, elle est alors entourée d'un climat de suspicion… Mais bon, en attendant, c’est l’été, elle est attirée par un garçon et elle profite de ses amis…

Grâce à une friction constante entre le surnaturel et le quotidien, Elena López Riera arrive à rendre compte du caractère mouvant et insaisissable de la rumeur, qu’on sent sourdre dangereusement dans chaque plan ensoleillé. La cinéaste capte à travers Anna le sentiment d’une jeunesse qui doit continuer à vivre avec un héritage trop lourd à porter. Pour les anciennes du village qui se racontent face caméra, il s’agit d’un maléfice touchant une famille et bientôt Anna, si on est plus terre-à-terre ce serait plutôt la crise climatique léguée à toute une génération –  dans les deux cas c’est terrifiant. 

« Coupez ! » de Michel Hazanavicius : ce qu’en pensent les critiques sur Twitter

Lire l'article

Ce qu’il y a de très beau dans le film, c’est la fascination de la réalisatrice pour, malgré cette menace aquatique, les moments d’insouciance, qu’elle saisit en suspens, comme des fuites. Un groupe d’ados qui zone, un regard amoureux à l’écart de la bande, une cigarette partagée entre Anna et le copain de sa mère (le critique et coscénariste Philippe Azoury) qui lui conseille de bien s’en foutre, de cette histoire de malédiction aux relents sexistes... El Agua est un envoûtant film de vacances, au sens où Anna prend congé de ce dont on les accable, elle et les femmes de sa famille – et ce même si la tempête finit quand même par arriver. 

Festival de Cannes 2022 : la liste des films sélectionnés en compétition

Lire l'article

Dans de sublimes scènes de nuit frappées par l’intensité du gabber, où des jeux de lumière blanche lui donnent l’allure d’un fantôme, Anna disparaît parfois dans un clignotement. Cette échappée, Elena López Riera ne la réserve pas qu’à la jeunesse – le film est aussi marquant parce que la mère d’Anna et cet homme avec qui elle sort ont finalement un trajet semblable à celui de sa fille. Lors d’une séquence de bar, eux aussi semblent tout oublier par la force de leur attraction, le temps et les vieilles légendes en premier.  

Images (c) Alina Film-SUICA films-Les Films du Worso

Le Festival de Cannes se tiendra cette année du 17 au 28 mai 2022. Tous nos articles sur l’événement sont à suivre ici.

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur