Festival de CannesCinémaCultureGEn.ALe magazine
  • News
  • Article
  • 2 min

Notre guide des films à ne pas manquer cette semaine

  • Trois Couleurs
  • 2021-12-06

En salles le 8 décembre : le dernier film d'animation d'Ari Folman, le fascinant West Side Story de Spielberg ou encore un docu intimiste sur les travailleuses du sexe du Bois de Boulogne.

LES COUPS DE COEUR DE LA REDAC'

Pour les férus de comédies musicales ⇨ West Side Story de Steven Spielberg

Avec cette nouvelle adaptation du drame lyrique de Leonard Bernstein, Stephen Sondheim et Arthur Laurents, Steven Spielberg offre un écho contemporain saisissant aux drames qui agitent les États-Unis, et le monde occidental dans son ensemble. Avec virtuosité, il décortique la violence de la répression policière, l’inadéquation des réponses étatiques à la colère d’une jeunesse privée de repères, ou encore le communautarisme mortifère fleurissant sur la misère crasse d’une société profondément inégalitaire.

« West Side Story » de Steven Spielberg : une harmonie dans le chaos du monde

Lire la critique

Pour saisir à quel point le passé résonne avec le présent ⇨ Où est Anne Frank ! d'Ari Folman

Le réalisateur israélien du déchirant Valse avec Bachir adapte le célèbre Journal d’Anne Frank. Grâce à l’animation, il réussit son pari d’en faire une œuvre adressée aux enfants en donnant corps à Kitty, l’amie imaginaire de l’adolescente, avec qui elle dialoguait dans son journal. Mêlant savamment les époques, le cinéaste fait résonner le destin tragique d’Anne Frank avec celui des personnes réfugiées dans certains pays Européens aujourd’hui.

« Où est Anne Frank ! » : l'humanisme en héritage

Lire la critique

Ari Folman : « On ne fait pas assez confiance aux enfants sur leur perception des choses »

Lire l'interview

Pour sortir des clichés entourant le Bois de Boulogne ⇨ Au cœur du bois de Claus Drexel

En recueillant en plans fixes les confessions d’une dizaine de travailleuses du sexe au cœur du bois de Boulogne, Claus Drexel magnifie, par un cadrage admirable et des lumières soignées, ces personnalités au parcours chaotique. S’il convoque le merveilleux propre au conte, jamais ce dispositif n’édulcore la réalité du « plus vieux métier du monde », qui est pourtant toujours parmi les plus précaires aujourd’hui.

« Au cœur du bois » : le peuple enchanté

Lire la critique

Pour les adeptes de dilemmes cornéliens ⇨ Les Amants sacrifiés de Kiyoshi Kurosawa

En 1941, un citoyen japonais se rend en Mandchourie – que les autorités nippones occupent depuis 1931 – pour des affaires commerciales. Lorsqu’il revient, sa femme se désespère de le trouver si secret, alors qu’elle-même s’est rapprochée de son ami d’enfance, aujourd’hui à la tête de la police locale… Dans ce grand film d’espionnage, la duperie orchestrée par le cinéaste s’évapore dans un récit dense sur le sacrifice amoureux.

« Les Amants Sacrifiés » : le tournant politique de Kiyoshi Kurosawa

Lire la critique

Pour comprendre les différents visages de la domination masculine au Tchad ⇨ Lingui de Mahamat-Saleh Haroun

Une mère et sa fille de quinze ans vivent recluses à N’Djaména, ostracisées depuis que la grossesse illégitime de la mère, Amina, l’a mise au ban de la société. Lorsque sa propre fille, Maria, tombe enceinte prématurément, la question de l’avortement – pratique illégale là-bas – se pose. Mahamat-Saleh Haroun signe un film de femmes implacable, dénonçant la condition des « filles-mères » dans un Tchad en proie à la toute-puissance patriarcale.

« Lingui », beau récit d’émancipation féminine sur deux générations

Lire la critique

Pour les nostalgiques des teen movies des années 1950 ⇨ Ham on Rye de Tyler Taormina

À partir d’une série d’instantanés sur le passage à l’âge adulte dans une banlieue américaine indéfinie, le réalisateur Tyler Taormina compose un beau film lyrique, flottant et impressionniste, porté par des personnages qui échappent toujours à leur stéréotype.

« Ham on rye » : vague à l’âme adolescent

Lire la critique

Pour les amoureux de Laure Calamy ⇨ Une femme du monde de Cécile Ducrocq

Militante au STRASS (le syndicat du travail sexuel), Marie est une prostituée strasbourgeoise (superbement interprétée par Laure Calamy) qui se bat pour ses droits et est prête à tout pour tirer vers le haut son fils. Avec un réalisme cru, Cécile Ducrocq nous rappelle qu’en France les travailleurs et travailleuses du sexe à leur compte paient des impôts mais ne bénéficient pas de droits sociaux.

« Une femme du monde » : portrait d'une mère courage

Lire la critique

Rose d’Aurélie Saada

Rose, 78 ans, perd son mari. Elle rencontre un homme et se heurte à ses enfants… Françoise Fabian est très juste dans ce rôle d’une femme éprise de liberté.

Any Day Now de Hamy Ramezan

Une famille de réfugiés iraniens en Finlande se voit refuser le droit d’asile et tente une procédure d’appel… Un film bienveillant sur la poursuite d’un ailleurs.

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur