CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • Article
  • 5 min

Agnès Varda, François Truffaut, Hal Roach : ils sont dans le nouvel épisode de curiosity

  • Léa André-Sarreau
  • 2021-01-18

Du 14 au 20 janvier, on revoit un ciné-tract féministe d’Agnès Varda, on découvre une comédie militaire signée Truffaut, et on voyage dans le Sud militant des Etats-Unis avec un docu de Pierre Hodgson.

______________________________

Réponse de femmes – Notre corps, notre sexe d’Agnès Varda (1975, 8 minutes)

1975, année de la Femme. Antenne 2 demande à sept femmes cinéastes de répondre en sept minutes à la question “Qu’est ce qu’une femme?”. Agnès Varda répond par un ciné-tract : Réponse de femmes (Notre corps, notre sexe). Sur un fond blanc, des femmes disposées en rang à la manière d’une photo de classe dénoncent le conditionnement que leur impose dès l’enfance une société machiste et revendiquent le droit d’exister en tant qu’individus à part entière. Elles parlent de sexe, de désir, de publicité et d’enfants, d’en avoir ou pas… Une femme enceinte et nue, dansant et riant à gorge déployée, a suscité des reproches écrits des téléspectateurs.

Les films de la semaine sont disponibles ici 

Tire au Flanc 62 de Claude de Givray et François Truffaut (1961, 87 minutes)

Jean Lerat de la Grignotière (Christian de Tilière), jeune aristocrate, est appelé à faire son service militaire. Accompagné de son chauffeur Joseph (Ricet-Barrié), qui doit réaliser son service dans le même régiment, il se rend à la caserne dans la limousine de sa tante. Très vite, il est raillé par ses camarades et supérieurs, et son origine mondaine ne peut rien peser contre la hiérarchie militaire stricte. Ironie du sort : il devra interpréter, lors d’un spectacle public, un domestique, acceptant d’intervertir les rôles sociaux le temps d’une parenthèse de fiction…

Adapté d’une pièce de théâtre de Mouëzy-Eon parue en 1904 – Jean Renoir en avait déjà livré une adaptation en 1929 -, ce vaudeville militaire étonne par ses adresses burlesques. Sur le mode du récit d’apprentissage social plein d’auto-dérision (le narrateur accepte volontiers les épreuves de bizutage comme autant de façons d’ébranler les rapports de pouvoir), Claude de Givray et François Truffaut mobilisent déguisements, gags et jeux de mots pour décrire avec empathie la vie de troufions soudés par des rituels quotidiens. Ces saynètes fantaisistes sont aussi l’occasion pour les réalisateurs de glisser habilement quelques clins d’oeil cinéphiles à Claude Chabrol, Jean-Luc Godard et Jean Vigo, histoire de rappeler que chez la Nouvelle Vague, c’est un peu comme à l’armée : un pour tous, tous pour un.

Daddy daddy USA de Pierre Hodgson (2005, 100 minutes, documentaire) 

Dans la lignée des grandes fresques rurales de Frederick Wiseman (notamment Monrovia, Indiana, sorti en 2018), Pierre Hodgson filme une campagne de syndicalisation dans une petite ville du Sud des Etats-Unis où les syndicats sont quasiment proscrits, passant au scalpel de sa caméra les rancoeurs historiques tenaces du Sud. Au cours de ce carnet de voyage qu’il construit au fil des rencontres, le cinéaste récolte la parole de militants noirs utopistes, de journalistes, d’une grand-mère ayant connu l’Allemagne nazie et luttant contre la peine de mort, ou encore de son père, ancien correspondant aux Etats-Unis à l’époque de Martin Luther King. De ce kaléidoscope de témoignages émerge une peur commune : celle de voir l’engagement s’étioler au fil des générations.

Captain Kidd’s Kids de Hal Roach (1920, 22 minutes) et Rainbow Parade de Burt Gillett (1936, 7 minutes) – It’s a Greek Life (court métrage d’animation)

Avec Harold chez les pirates, Hal Roach met en scène le prince du burlesque Harold Lloyd dans un récit d’aventure gargantuesque, où notre héros, après s’être saoulé lors de son enterrement de vie de garçon, se lance à la reconquête de sa fiancée, et atterrit dans un bateau de femmes pirates en pleine mer des Caraïbes. Une épopée comique pour tout âges. Nos petits cinéphiles pourront enchaîner avec Rainbow Parade de Burt Gillett, dernière série des studios Van Beuren qui devait concurrencer les Silly Symphonies, dans laquelle on fait la connaissance de plusieurs célèbres personnages : Félix le Chat et Mooly Moo Cow.

Disponibles du 14 janvier au 20 janvier

Tire au Flanc 62 de Claude de Givray et François Truffaut (1961, 87 minutes)
Daddy daddy USA de Pierre Hodgson (2005, 100 minutes, documentaire)
Réponse de femmes – Notre corps, notre sexe d’Agnès Varda (1975, 8 minutes)
Captain Kidd’s Kids de Hal Roach (1920, 22 minutes) avec Harold Lloyd
Rainbow Parade de Burt Gillett (1936, 7 minutes) – It’s a Greek Life (court métrage d’animation)

 

Tags Assocíes

  • Agnès Varda
  • Captain Kidd's Kids
  • Daddy daddy USA de Pierre Hodgson
  • Réponse de femmes - Notre corps
  • Tire au Flanc 62 de Claude de Givray et François Truffaut

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur