CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • Article
  • 5 min

À voir ce soir sur France 5 : « Madame Bovary » de Claude Chabrol

  • Léa André-Sarreau
  • 2020-12-14

En adaptant sobrement le roman canonique de Gustave Flaubert, Claude Chabrol offre un portrait ambigu de cette héroïne bovarienne, entre raillerie ironique et variation sur la cruauté sociale. Le film est à revoir ce soir sur France 5, à 20h50.

Pour adapter le prose aride et désillusionnée de Flaubert, il fallait un orfèvre des détails du quotidien, un amoureux de la banalité, capable de restituer à l’écran les tourments maladifs d’une héroïne insatisfaite par la vie, déçue par les plaisirs de la chair et les promesses d’un romantisme qui n’existe que dans les livres. Qui était mieux placé que Chabrol, grand dynamiteur des passions humaines, attaché à restituer leur médiocrité comme leurs fulgurances ?

À LIRE AUSSI : DOSSIER — Cycle « Claude Chabrol, suspense au féminin »

Avant lui, Vincente Minnelli avait fait de cette oeuvre canonique une comédie musicale féérique et amère, Jean Renoir un film naturaliste dans la veine de son Nana. Chabrol en livre une variation distante, presque désincarnée, à l’image du visage pâle et fantomatique d’Isabelle Huppert, qui porte de bout en bout cette descente aux enfers aux accents de drame social. Son Emma Bovary est davantage une victime de la cruauté sociale qu’une tragédienne.

À LIRE AUSSI : DÉCRYPTAGE — L’art des faux-semblants chez Claude Chabrol

Dès l’ouverture du film, Chabrol en fait une fille de la terre, descendante de paysans, dont le désir d’extraction et d’émancipation intellectuelle se buttent très vite à la morale petit-bourgeoise d’un mari tiède, et le récit introspectif de Flaubert prend une coloration encore plus politique. Le cinéaste construit, grâce à des seconds rôles tous plus cupides les uns que les autres – Jean Yanne en pharmacien immoral, Jean-Louis Maury en marchand avare – une galerie digne des Caractères de La Bruyère, une fresque satirique délectable, d’où émerge une ironie critique toute flaubertienne.

À LIRE AUSSI : Isabelle Huppert : « Il y avait en Chabrol quelque chose de trouble sur lequel on butait parfois »

Comme l’auteur, Chabrol cultive vis-à-vis de son personnage un mélange opaque de mépris et de compassion – une ambiguïté présente dans le roman à travers l’usage du discours indirect libre, qui met à l’oeuvre un jeu de conscience puissant, et prend dans le film la forme d’une voix-off très travaillée. La naïveté romantique d’Emma est tantôt déployée comme un rempart à la cruauté ambiante, tantôt comme une faiblesse pathétique. En témoigne l’admirable séquence du bal, sorte de mascarade glaçante, qui épingle sans un mot les ridicules rêves de grandeur aristocratiques d’une bourgeoisie qui ignore sa propre vulgarité. Si le réalisateur se délecte de ce conte de fée brisé, on ne peut pas s’empêcher de percevoir dans ce portrait sobre la réhabilitation d’une femme qui, contrairement à ses homologues masculins, choisit la mort plutôt que la résignation. Et s’offre au passage une fin aussi belle que morbide, digne des tragédies qu’elle apprécie tant, loin des bassesses des mortels auxquelles elle n’a jamais voulu se mêler.

À LIRE AUSSI : « La Cérémonie » de Claude Chabrol vu par Caroline Eliacheff, psychanalyste et coscénariste du film

 

 

 

 

Tags Assocíes

  • Claude Chabrol
  • Isabelle Huppert
  • Madame Bovary

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur