Festival de CannesCinémaCultureGEn.ALe magazine
  • Critique
  • Article
  • 3 min

« Les Goûts et les couleurs » de Michel Leclerc : la musique en partage

  • Damien Leblanc
  • 2022-06-20

Avec cette comédie mélancolique qui suit les galères d’une jeune chanteuse tentant de sortir un album enregistré avec son idole disparue, Michel Leclerc jette un regard politique inspiré sur la question de l’héritage culturel et de ce que l’on en fait.

Jeune chanteuse idéaliste, Marcia (Rebecca Marder) enregistre un album avec son idole, Daredjane (Judith Chemla), grande figure rock des années 1970. Quand celle-ci décède, Marcia doit convaincre l’ayant droit de Daredjane, le bourru Anthony (Félix Moati), d’accepter que le disque conçu avec la défunte voie le jour. Mais le jeune homme n’a jamais apprécié sa lointaine parente et déteste sa musique, ce qui complique les projets de Marcia… Après les comédies politiques Le Nom des gens ou La Lutte des classes, Michel Leclerc aborde l’industrie de la chanson, persuadé que les goûts musicaux constituent un fort marqueur social et culturel.

Le cinéaste, qui a de nouveau coécrit le scénario avec Baya Kasmi, s’en donne à cœur joie pour décrire la fascination de son héroïne envers une chanteuse d’antan à qui il crée un passé et un répertoire musical dignes d’une Patti Smith ou d’une Catherine Ringer. En résulte une réflexion mélancolique sur la notion d’héritage dans un monde où la concurrence artistique est devenue infernale. Comment exister après les mythes ? Que faire de ses idoles ? Le film mêle passion et frustration, et refuse de céder au désenchantement, lui préférant l’espoir et la clairvoyance.

Les Goûts et les Couleurs de Michel Leclerc, Pyramide (1 h 50), sortie le 22 juin

Image (c) Pyramide Distribution

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur