CinémaCultureLe magazine
  • Paradiscope
  • Article
  • 3 min

À voir sur Mubi : « Faya Dayi » de Jessica Beshir, dangereux élixir

  • Tristan Brossat
  • 2022-07-22

En Éthiopie, l’addiction au khat fait des ravages. Dans un somptueux noir et blanc, ce film planant entre documentaire et fiction part à la rencontre de destins bouleversés par la mastication de cette feuille spirituelle devenue le poumon de tout un pays.

Difficile, sans y avoir goûté, d’imaginer les effets que peut produire le khat sur le corps et l’esprit. Mais l’on se dit qu’il est possible que mâcher cette plante cultivée en abondance dans les forêts d’Éthiopie exalte certaines sensations communes à celles éprouvées par le spectateur devant Faya Dayi. Si la caméra de Jessica Beshir ne perd jamais de vue le réel, la narration porte constamment vers un au-delà. Aux histoires vécues par les différents personnages, se mêle la légende de Maoul Hayat, l’élixir permettant d’accéder à la vie éternelle, qui, dans la tradition soufie, n’est autre que la feuille de khat.

À voir sur MUBI : « Prayers for the Stolen » de Tatiana Huezo, une jeunesse dans les cartels

Lire l'article

Ce récit, narré en voix off dès le début du film, tandis que la caméra s’attarde sur des volutes de fumée d’encens semblant se mouvoir au ralenti, est très vite rattrapé par des scènes on ne peut plus concrètes de récolte laborieuse. On suit alors avec intérêt le chemin de cette feuille – qui fait vivre une grande partie de la population éthiopienne – jusqu’aux entrepôts où les branches sont rassemblées en fagots avant de repartir en camion vers les marchés du pays. Mais la dimension onirique, renforcée par un magnifique noir et blanc et une bande-son méditative, habite chaque plan. Pour supporter ce travail harassant, pas d’autre choix que de mâcher ces feuilles aux vertus stimulantes et euphorisantes proches de l’amphétamine. Et de s’approcher ainsi d’un état de transe facilité par la répétition des mouvements.

« La Bête dans la jungle » de Benoît Jacquot : l'impossibilité de l'amour

Lire l'article

L’histoire intime de l’exil de jeunes hommes vers l’Europe, ou de celle d’un père de famille ravagé par l’addiction au khat (l’un des maux du pays), croise la colère de l’ethnie musulmane oromo, en conflit avec le gouvernement. L’enchevêtrement complexe de ces récits, entrecoupés par des scènes aux allures de rêves (baignade d’enfants, chants religieux…), est propice au lâcher-prise, pour mieux perdre le fil et laisser venir les sensations. Ce beau film entre documentaire et fiction marque aussi le retour de la réalisatrice dans le pays, que ses parents ont dû fuir lorsqu’elle était adolescente en raison des pressions politiques. Sélectionné à Sundance en 2021, Faya Dayi a reçu le Grand Prix du festival suisse Visions du réel la même année.

Faya Dayi de Jessica Beshir, à partir du 10 août sur Mubi

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur