Festival de CannesCinémaCultureGEn.ALe magazine
  • Critique
  • Article
  • 2 min

« El buen patrón » de Fernando León de Aranoa : ma petite entreprise

  • Lucie Léger
  • 2022-06-20

Construite et mise en scène comme un thriller, la comédie espagnole « El buen patrón » fait monter la tension crescendo avec, au centre, un Javier Bardem en grande forme, qui sublime les vices d’un chef d’entreprise.

Pour avoir une chance de gagner le prestigieux prix pour lequel il est en lice, Juan Blanco (Javier Bardem) doit maintenir l’ordre dans son entreprise familiale de fabrication de balances. La semaine qui précède la remise des prix, il s’incruste dans la vie de son chef de production distrait, d’un ex-employé mécontent et de la nouvelle stagiaire irrésistible pour les empêcher de tout gâcher… Découpé jour par jour, rythmé par les notes en pizzicato d’un violon angoissant, le film accélère crescendo pour installer une ambiance dramatique qui nous embarque.

On saute d’une intrigue à l’autre avec des scènes de plus en plus courtes et explosives, une musique plus rapide et une caméra à l’épaule qui suit tant bien que mal notre personnage principal. Javier Bardem, de tous les plans, déploie un jeu à la fois drôle et intelligent : si son personnage ne perd jamais le contrôle et garde le sourire, l’acteur espagnol trahit subtilement sa panique par une respiration qui s’accélère ou des yeux trop alertes. Il trouve ainsi le langage corporel parfait pour que l’on soit les seuls dans la confidence. Incarnation d’un patronat à l’ancienne, le héros réussit à se sortir de tous ses ennuis avec classe, nous faisant osciller entre admiration et dégoût – et espérance qu’il se vautre.

El buen patrón de Fernando León de Aranoa, Paname (2 h), sortie le 22 juin

Image Copyright The Mediapro Studio

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur