Entrer votre recherche

[CRITIQUE] « La Communion » de Jan Komasa : un thriller social saisissant

Partager

Daniel, 20 ans, aspire à suivre des études de séminariste. Mais il en est empêché par le crime qu’il a commis dans son adolescence. Quand son centre de détention l’envoie dans une petite ville de province polonaise pour travailler dans un atelier de menuiserie, il saisit sa chance : fuyant le poste qu’on lui a imposé, il se fait passer pour 
un prêtre. L’imposture va miraculeusement fonctionner et révolutionner la vie de la 
paroisse conservatrice dont il prend la tête…

Inspiré de faits réels, ce thriller social 
dresse le saisissant portrait d’une Pologne en perte de repères et s’interroge sur les possibilités d’échapper à un destin marginal. Nommée à l’Oscar 2020 du meilleur film étranger, cette œuvre bénéficie de l’interprétation stupéfiante de Bartosz Bielenia 
dans le rôle principal et brille par une mise en scène réaliste qui revendique l’influence 
d’Un prophète de Jacques Audiard tout en trouvant sa propre voie, entre noirceur métaphysique et empathie pour des personnages en souffrance. L’ultime séquence, 
brutale et ouverte, laisse ainsi le souffle coupé.

La Communion : de Jan Komasa, Bodega Films (1 h 56)

Image Copyright Bodega

Tags:

Vous pourriez aimer

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.