Entrer votre recherche

Nos conseils jeux-vidéos du mois

Partager

The Last of Us. Part II, Sony (PS4)

Plus âpre que jamais, la saga post-apocalyptique accouche d’un nouveau chef-d’œuvre. Retrouver Ellie et Joel, le duo inoubliable de The Last of Us, a quelque chose de bouleversant. Comme nous, les deux héros ont changé, et le temps a marqué leur visage. Surtout, ces retrouvailles se drapent dans un nouveau voile tragique que nous ne détaillerons pas ici pour éviter de tout vous divulguer… Il va donc falloir reprendre la route, arpenter les ruines de cette Amérique fantôme, affronter les hordes de zombies et les milices qui la sillonnent, tenter de survivre au jour le jour, encaisser les coups durs – et aussi (beaucoup) pleurer. Si The Last of Us. Part II confirme le talent immense du studio Naughty Dog en matière d’écriture et de mise en scène, c’est parce qu’il est hanté d’une nouvelle obsession – la vengeance – qui vient entièrement redéfinir les personnages et leur psychologie.

D’une radicalité folle, le jeu n’épargne rien ni personne, flirtant souvent avec une noirceur traumatisante. Heureusement, toute cette violence n’a rien de gratuit ni de complaisant, mais sert une réflexion brillante sur le devenir de notre monde et de notre espèce face à un chaos devenu loi. Si le cinéma n’est jamais loin (on pense autant aux westerns de Clint Eastwood qu’aux plans-séquences d’Alfonso Cuarón), The Last of Us. Part II reste un (grand) jeu parce qu’il n’oublie jamais de nous mettre au premier plan. S’y aventurer, c’est tester ses propres limites morales. Et s’il nous fait parfois franchir la ligne rouge, c’est pour mieux nous marquer à vie. 

THE PROCESSION TO CALVARY, Joe Richardson (PC)

Détourner les tableaux de la Renaissance, en faire la toile de fond d’une épopée digne d’un sketch des Monty Python, tel est le programme de cet étonnant point ’n’ click. Entre splendeur picturale et hilarité constante, la parodie ne manque jamais d’esprit. • 

SNOWRUNNER, Focus Home Entertainment (PC, PS4, One)

Vous pensez que des camions chargés d’acheminer des marchandises sur terrains accidentés ne peuvent constituer la matière d’un jeu ? Jetez donc un œil à ce simulateur… Si le réalisme est roi, il ne fait jamais barrière au dépaysement total. 

WILDFIRE, Sneaky Bastards (PC)

Pour sauver son village, un paysan hérite d’un pouvoir pyrotechnique qu’il va devoir apprivoiser afin d’infiltrer le camp ennemi et de
mettre en fuite les pillards… À mi-chemin entre plateforme et infiltration, ce jeu indé fait (littéralement) feu de tout bois pour nous captiver.

Tags:

Vous pourriez aimer

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.