Entrer votre recherche

Vidéo : Dans les films, l’improbable complémentarité du bleu et de l’orange

Partager

Du pep’s. S’ils étaient davantage utilisés pour les posters, le bleu et le orange prennent désormais une place importante dans l’esthétique visuelle globale des films. Images à l’appui, la vidéo de Fandor nous montre comment les réals jouent avec ces deux couleurs, a priori pas très complémentaires. Avec plus ou moins de distance : dans Scott Pilgrim (2010), Edgar Wright s’en amuse. En arrière-plan d’une scène, il pose des affiches hyper tape-à-l’oeil. En réalité, tout ça n’a rien d’anarchique. En combinant des couleurs opposées dans la colorimétrie – comme le sont le orange et le bleu – on obtient un effet tout bête : le contraste. Et ça marque d’autant plus le spectateur. Pas bête, la guêpe. Plus d’astuces dans la vidéo.

[emoji]🎨[/emoji]

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.