Entrer votre recherche

En vidéo, le lien entre les héroïnes d’Andrea Arnold et leur environnement

Partager

Les personnages féminins qu’Andrea Arnold met en scène font parfois face à un certain isolement. À quoi le voit-on ? Entre autres dans le rapport entre ces personnages et les paysages qui les entourent. C’est ce sur quoi s’appuie cette vidéo, créée par Jessica McGoff et publiée par Fandor.  Ainsi, dans Red Road (2006), Katie, opératrice pour une société de vidéosurveillance, est socialement écartée, alors même qu’elle vit dans un cadre citadin. Étrangère à ce monde peuplé de gens qu’elle observe à longueur de journée, elle tombe dans un voyeurisme presque addictif. Dans Fish Tank (2009), c’est de Mia dont il s’agit, une ado de 15 ans perturbée par l’arrivée d’un nouveau beau-père. Ici, la réalisatrice implante un décor plutôt industriel et use de stratégies visuelles pour faire sentir qu’elle se sent enfermée.

[emoji]😣[/emoji]

 

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.