Tapez pour chercher

Culture culturehome Homepage sélectionhome

[SÉRIE] « Succession », un jeu de massacre aux dialogues ciselés

Partager

Alors que l’offre télévisuelle n’a jamais été aussi vaste, les grandes séries se comptent sur les doigts d’une main. Sans tambour ni trompette, ultra bavarde et dépourvue de star, Succession sur HBO s’est imposée en deux saisons comme un indispensable de cette fin de décennie. La saga des Roy, richissimes magnats des médias new-yorkais se déchirant pour désigner l’héritier du patriarche Logan (Brian Cox), est un spectacle tout à fait fascinant, et le mérite en revient d’abord au créateur de la série, Jesse Armstrong. Cet auteur de comédie à qui l’on doit quelques sommets du rire grinçant à la télé britannique (Peep Show, Fresh Meat) n’épargne aucun de ses protagonistes, tous plus égocentriques les uns que les autres (mention spéciale à Tom, le gendre mi-arriviste mi-ingénu), dans un jeu de massacre enlevé aux dialogues ciselés.

Mais Succession ne se résume pas à une farce à la Veep que l’on aurait grossièrement brodée sur le canevas du Roi Lear. Armstrong relève au contraire fièrement le défi shakespearien en embrassant la dimension tragi-comique de ses protagonistes, notamment via le beau portrait du fils maudit Kendall (Jeremy Strong). La manière dont la série enferme ceux-ci dans des espaces privatisés (gratte-ciel dominant la Grosse Pomme, palaces, yacht familial) offre un aperçu sidérant de la déconnexion de ces monarques aux petits pieds avec le monde sur lequel ils règnent de fait. Depuis Mad Men et son inventaire édifiant des sixties, on n’avait pas vu série saisir avec autant d’acuité une époque. En l’occurrence, la nôtre.

Succession, Saisons 1 et 2 sur OCS

A voir aussi

DICKINSON

Au milieu des blockbusters alignés au lancement d’Apple TV+, la modeste Dickinson fait figure d’ovni. Centrée sur la jeunesse de la poétesse Emily Dickinson dans l’Amérique de 1840, cette drôle de fiction en costumes s’autorise des libertés enthousiasmantes sous la férule du cinéaste David Gordon Green, avec sa langue et sa bande-son hip-hop/electro estampillées 2019. Détonant. Saison 1 sur Apple TV+

PLATANE

L’humour d’Éric Judor – mélange, unique en France, de non-sens à l’anglaise, d’humour malaisant et de caca prout –, on l’aime ou on le déteste. Six ans après la saison 2, le voilà de retour aux manettes de sa série Platane, et c’est toujours aussi débile, toujours aussi méchant, toujours aussi drôle. Flex (Hafid F. Benamar), le meilleur coloc du monde, nous avait cruellement manqué. Saison 3 sur Canal Plus

VOLTAIRE, MIXTE

Amazon a commandé ses premières séries françaises inédites, au tropisme sixties prononcé. Tout comme Operations Totems, la comédie dramatique Voltaire, Mixte prendra place pendant cette décennie pour raconter l’ouverture du lycée Voltaire à Paris à ses premières élèves de sexe féminin. La scénariste Marie Roussin (Les Bracelets rouges) sera aux commandes. Prochainement sur Amazon Prime Video

Image: Copyright OCS

Tags:

Vous pourriez être intéressé par