Entrer votre recherche

L’art du confinement #16 : l’agence MYOP, la Cinémathèque Française… les bonnes idées des artistes pour nous occuper

Partager

Confinement oblige, on est (re)partis à la pêche aux bonnes idées lancées par des artistes qui ont partagé sur leurs réseaux de beaux projets culturels et participatifs. Petit tour d’horizon bienvenu pendant ces périodes d’isolations.

Les photos confinées de l’agence MYOP

L’agence MYOP représente le travail de 19 photographes qui documentent jour après jour leur confinement, composant ainsi le projet Sine Die (*sans en voir la fin). Poétique, prosaïque ou pleine d’espoir : chaque photo éclaire d’un jour différent l’atmosphère du confinement. Ce projet « dont on connaît le début… et dont on ne peut qu’espérer la fin » a commencé par un baiser et continue tous les jours en attrapant des moments de vie ralentie au coin d’une rue ou d’un balcon, à retrouver également sur leur site.

 

Henri, le ciné-club en ligne de la Cinémathèque Française, pour découvrir chaque soir une rareté

Dès le début du confinement, la Cinémathèque Française a mis en avant ses archives vidéos à revoir et réécouter sur son site. L’équipe a également lancé sur Facebook l’idée de publier un baiser de cinéma par jour, iconique ou décalé. Leur dernière initiative, c’est Henri (clin d’œil au fondateur, Henri Langlois), chaleureux ciné-club à distance. Tous les soirs à 20h30, ils proposent gratuitement un film rare, restauré par la Cinémathèque, qui sera ensuite disponible jusqu’à la fin du confinement. Et on commence avec Jean Epstein, La Chute de la maison Usher, à retrouver ICI.

https://www.facebook.com/cinemathequefr/photos/a.434392415765/10156912576955766/?type=3&theater

2 Lizards, méditations reptiliennes sur le confinement, par Orian Barki et Meriem Bennani

Orian Barki est une réalisatrice de documentaires d’origine israélienne, Meriem Bennani une artiste multimédia marocaine. Ensemble, elles ont lancé un projet légèrement barré, intitulé « 2 Lizards », une chronique du confinement en plusieurs épisodes à Brooklyn. L’atmosphère un peu sombre est rendue étrangement fascinante par ces petits animaux qui finissent par se déhancher sur du Miles Davis. Définitivement chelou ou bizarrement envoûtant, à vous de voir, mais ça vaut le détour !

https://www.instagram.com/p/B92m4rrhiFx/

 

 

Images de fond : SINE DIE J+5 © Olivier Laban-Mattei/MYOP

 

Tags:

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.