Entrer votre recherche

Un court-métrage pour le goûter : « Il faut que je l’aime », le premier film de Sébastien Lifschitz

Partager

Dans ce court-métrage réalisé en 1994, le cinéaste français Sébastien Lifschitz créé une fiction expérimentale audacieuse autour de l’introspection et du deuil amoureux.

Il est toujours fascinant de revenir aux premières oeuvres de cinéastes qu’on admire afin de scruter les évolutions parfois minimes, parfois flagrantes qui se dessinent au cours des années. Avec Il faut que je l’aime, court-métrage expérimental en noir et blanc, Sébastien Lifschitz impose subtilement son art du portrait. Dans ce tout premier film, réalisé en 1994, il narre l’histoire de Juliette (Valérie Mréjen), une jeune femme envahie par ses souvenirs, submergée par les paroles de sa mère et de son ex-amant entendues en voix-off.

Maniant avec délicatesse le plan fixe – on reconnaît là la passion du réalisateur, grand collectionneur de photographies vernaculaires, pour la photo -, Lifschitz nous immerge dans l’esprit tourmenté de ce personnage au look de garçonne, magnifié par le grain et les contrastes noir et blanc très puissants, dont le visage mélancolique évoque celui de Jeanne d’Arc dans La Passion de Jeanne d’Arc de Carl Theodor Dreyer (1927). Brouillant les frontières entre passé et présent, le cinéaste fait en sorte que les objets de l’appartement – un coin de table en bois, un verre d’eau qui s’échappe des mains fébriles de Juliette… – accompagnent le trouble introspectif de la protagoniste, dans une atmosphère crépusculaire faite de mystère.

Pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas le cinéma de Lifschitz – plus connu pour ses documentaires sensibles s’intéressant aux marges et aux fluctuations du temps comme Les Invisibles (2012), Bambi (2013), Les Vies de Thérèse (2016) ou plus récemment Adolescentes, qui devait sortir en mars mais sera finalement en salles le 3 juin prochain, lire notre critique ici -, voici une excellente occasion de le découvrir. 

Le film est disponible sur la plateforme Brefcinéma. Pour le regarder, suivez ce lien.

Tags:

Vous pourriez aimer

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.