Tapez pour chercher

Cinéma Homepage sortieshome

[Critique] « Noura rêve »: un intense thriller tunisien sur l’adultère

Partager

Plus que cinq jours avant que le divorce tant espéré par Noura, qui a retrouvé le bonheur dans les bras de Lassad, soit enfin prononcé. Alors que cette mère dévouée a hâte de vivre son histoire d’amour au grand jour, elle apprend que son époux, un détenu récidiviste prêt à tout pour empêcher la séparation, a été relâché plus tôt que prévu… À travers cet intense thriller, la Tunisienne Hinde Boujemaa (C’était mieux demain, 2012) critique habilement la justice de son pays, où l’adultère est un crime passible de cinq ans de prison et est très fréquemment imputé aux femmes. Portrait d’une héroïne à la fois passionnée et résiliente (superbement incarnée par Hend Sabri), le film montre parfaitement comment l’étau politique se resserre autour de celles qui osent goûter la même liberté que les hommes. Dans une mise en scène implacable, la réalisatrice figure cette idée par des gros plans et des décors asphyxiants. Évoquant dans cette ambiance saturée le captivant Jusqu’à la garde (2018) de Xavier Legrand, dans lequel une femme tente de protéger son fils de son ex violent pendant leur divorce, ce beau film est de ceux qui font bouger les lignes, de l’autre côté de la Méditerranée comme ici. 

Noura rêve de Hinde Boujemaa, Paname (1 h 30), sortie le 13 novembre
Image: Copyright Paname

Tags: