Entrer votre recherche

[CRITIQUE] Aux bornes du thriller psychologique avec « Les Envoûtés » de Pascal Bonitzer

Partager

Avec un sens du romanesque épatant, Pascal Bonitzer signe un film retors qui juxtapose la passion amoureuse aux théories paranormales. Pour les besoins du « récit du mois » d’un magazine féminin, Coline (Sara Giraudeau), une journaliste, part dans les Pyrénées rejoindre Simon (Nicolas Duvauchelle), un solitaire qui affirme avoir vu le fantôme de sa mère… Le titre du film dit bien le trouble dans lequel le cinéaste, en usant habilement de l’atmosphère inquiétante que suscite ce récit d’apparition, va s’amuser à plonger ses deux héros. Le visage et la voix si particuliers de Sara Giraudeau, mélange de malice et de dangerosité féline, y sont pour beaucoup, la présence de l’actrice portant le film à des degrés de tension charnelle insoupçonnés. Il faut voir aussi à quel point Pascal Bonitzer ose l’excès romanesque, entre hystérie amoureuse et revirements narratifs, jusqu’à s’aventurer sur les chemins tortueux du thriller psychologique. La réussite des Envoûtés tient de ce pari risqué, la présence des morts aux extrémités du cadre servant de prétexte à un jeu des  faux-semblants dans lequel le désir se mêle à la perversion.

Les Envoûtés de Pascal Bonitzer, SBS (1 h 41), sortie le 11 décembre

Image : Les Envoûtés de Pascal Bonitzer – Copyright SBS Distribution

Tags:

Vous pourriez aimer

Recevez la newsletter quotidienne du Festival à la maison!

Chaque jour, notre sélection d’œuvres à regarder, lire, écouter depuis chez vous.

 

 

Votre adresse e-mail est collectée et utilisée par MK2 afin de vous envoyer notre newsletter TROISCOULEURS. En savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et vos droits.