Tapez pour chercher

Cinéma

Brésil : le Pernambouc a la cote

Partager

La production de cet État du Nordeste, au Brésil, se distingue par sa vitalité : revue de presse locale. « Le cinéma brésilien se porte bien, merci. Et le cinéma pernamboucain, encore mieux, en dépit de la crise politique et économique que traverse le pays », peut-on lire dans les pages du Jornal do Commercio, quotidien distribué à Recife, capitale de l’État du Pernambouc. Si la fertilité cinématographique régionale a débuté dans les années 2000 avec des cinéastes comme Cláudio Assis (Amarelo Manga) ou Marcelo Gomes (Cinéma, aspirines et vautours), le très remarqué Les Bruits de Recife de Kleber Mendonça Filho a fini en 2012 d’attirer le regard de la critique internationale sur les réalisateurs du cru. Après avoir été présenté en Compétition à Cannes cette année, Aquarius, son nouveau film, sort en France ce mois-ci. « Ses deux longs métrages parcourent Recife, sa ville natale, connue à la fois pour sa beauté et sa violence », écrit le quotidien El País, qui souligne par ailleurs une récurrence au sein du mouvement pernamboucain contemporain : la volonté de filmer des histoires qui s’inscrivent dans les villes ou les campagnes d’un Brésil moins connu, alors que l’industrie du septième art se concentre autour des grandes métropoles du Sud que sont São Paulo et Rio de Janeiro. On retrouve notamment cette ambition chez Gabriel Mascaro ou Hilton Lacerda (Tatuagem). Une patte régionale un peu trop systématique ? C’est ce que moque gentiment Piauí, revue connue pour ses sarcasmes, qui a inventé le personnage archétypal de Pedro Ivo, réalisateur local dont l’inspiration serait « un contexte urbain anonyme et brutal, plein de petits-bourgeois qui tremblent de peur derrière les grilles de leurs résidences de merde alors qu’ils tentent de détourner les yeux des viscères de ce Brésil que mon cinéma dénonce et condamne ». Caricatural, mais pas totalement faux.

Tags:

Vous pourriez être intéressé par

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *