Festival de Venise 2022CinémaCultureLe magazine
  • Critique
  • News
  • Article
  • 1 min

« White Snake » : la critique de Célestin, 8 ans

  • Julien Dupuy
  • 2022-02-06

« C’est l’histoire d’une démon-fille-serpent amoureuse d’un garçon, dans un village de chasseurs de serpents. Vous allez me dire : “La fille-serpent, elle devient forcément méchante, au bout d’un moment.” Eh bien non ! Dès les premières images, je me suis dit : “OK, le serpent, il est gentil !” Et c’est super ! J’en ai marre que les serpents soient toujours les méchants, que ce soient eux qui empoisonnent et tout. C’est une grande aventure avec de l’amour (mais ils n’ont pas trop le temps pour ça) et plein de bastons.

Ils se battent avec un peu de magie très délicate, pas en donnant des coups, comme dans Harry Potter. Et il y a des arts martiaux. La boxe, c’est que des coups de poing, alors que dans les arts martiaux, c’est très varié, avec des mouvements de hanches ou des “fauchements”. Pour les paysages, y a des nénuphars, des maisonnettes bien faites, et on dirait que les montagnes sont de petits morceaux séparés les uns des autres. Ça m’a fait penser à Avatar ou aux peintures japonaises très fines. C’est trop beau ! »

White Snake d’Amp Wong et Ji Zhao, KMBO (1 h 39), sortie le 9 février

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur