CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • News
  • Article
  • 2 min

Vu sur YouTube : Wes Anderson a désormais une rue à son nom

  • Sarah Jeanjeau
  • 2021-11-09

Durant tout le mois de novembre, l'une des plus grandes rues de la ville d'Austin, au Texas, portera le nom du réalisateur de « The French Dispatch ».

À l’initiative du Alamo Drafthouse – fameux groupe d'exploitation cinématographique situé à Austin – et en collaboration avec le maire Steve Adler, une lettre a été enlevée sur le panneau de la rue menant au cinéma, transformant ainsi la « West Anderson Lane » en « Wes Anderson Lane », en hommage au réalisateur de The French Dispatch (en salles depuis le 27 octobre).

« The French Dispatch » : un hommage gracieux et rocambolesque

Lire la critique

La nouvelle n’a pas manqué de faire réagir l’intéressé qui, dans une vidéo dénichée par Slash Film, revient sur ses années étudiantes au Texas : « La plupart des panneaux affichaient W. Anderson Lane, donc j’ai finalement toujours vu cette rue comme étant la mienne. » Bien que cette espiègle modification soit temporaire, le cinéaste espère qu’elle pourra être prolongée, afin d’avoir la chance de la voir de ses propres yeux (on le comprend, qui ne trouverait pas ça galvanisant ?).

Ce n’est pas la première fois que la municipalité rend hommage aux personnalités du monde cinématographique ayant foulé le sol texan. Pour la petite info, Austin serait également la « ville natale honoraire » de Quentin Tarantino et d'Elijah Wood, qui y ont tous deux vécus temporairement, mais surtout le fief de Richard Linklater.

Le cinéaste indépendant, qui y a fondé en 1985 la Austin Film Society, l'a filmée dès son deuxième film, le culte Slacker (1990), et de multiples fois par la suite. « Après avoir vu [le film], certains habitants se sont plaints du fait que je filmais les quartiers les plus moches de la ville. Parce que c’est aussi un endroit très joli, avec de très beaux lacs. Mais bon, ce n’est pas mon boulot de chroniquer les beaux espaces de ma ville ou de mon pays », nous avait-il confié en interview (lire ci-dessous).

Richard Linklater : « J’ai toujours détesté ce qui est mainstream »

Lire l'entretien

De quoi nous donner envie de partir en road-trip dans ce haut lieu texan en quête de tous les clins d'œil cinéphiles que l'on pourrait y trouver.

A voir en ligne : « Castello Cavalcanti » de Wes Anderson

Lire l'article

Image de couverture (c) D.R.

Photo (c) Alamo Drafthouse

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur