Festival de CannesCinémaCultureGEn.ALe magazine
  • Paradiscope
  • News
  • Article
  • 2 min

« The Gilded Age » sur OCS : un magnifique pamplet sur les fortunés

  • Nora Bouazzouni
  • 2022-02-23

Julian Fellowes, le créateur britannique de « Downton Abbey », traverse l’océan pour imaginer les rivalités entre vieilles fortunes et nouveaux riches dans le New York des années 1880. Le résultat est somptueux, efficace et plein de malice.

« The Gilded Age » (« l’âge doré »), c’est la période de croissance économique et industrielle sans précédent que les États-Unis ont connue après la guerre de Sécession, à la fin du XIXe siècle. L’Américaine Sonja Warfield (Will & Grace) et le Britannique Julian Fellowes, scénariste oscarisé pour Gosford Park et créateur de la série Downton Abbey (2010-2015), ont choisi ce quart de siècle pour exposer les rivalités entre vieilles fortunes et nouveaux riches. Au croisement de la Ve avenue et de la 61e rue, au sud-est de Central Park, vivent la conservatrice Agnes Van Rhijn (Christine Baranski) et l’affable Ada Brook (Cynthia Nixon). Les deux sœurs, issues d’une richissime famille installée aux États-Unis depuis presque deux siècles, accueillent leur nièce lorsque le père de celle-ci, leur frère, meurt.

À voir : « Normal People », métamorphoses de l'amour

Lire l'article

La jeune Marian (Louisa Jacob­son) débarque à New York en même temps que les habitants de la luxueuse demeure construite de l’autre côté de la rue, la famille Russell, dont le patriarche est un magnat des chemins de fer. Sa femme, Bertha (Carrie Coon), déterminée à s’intégrer dans la haute société new-yorkaise, multiplie les invitations, en vain. « Never the new », répète la putative aristocratie du quartier, qui méprise ces nouveaux nantis. The Gilded Age chronique avec gourmandise cette lutte des classes sup.

Mais sa plus grande réussite, c’est de le faire du point de vue de femmes à l’agentivité indiscutable. Assignées à la sphère domestique ou financièrement dépendantes de leur époux, elles se montrent indispensables aux affaires de ces derniers et régentent cette microsociété. Leurs pince-fesses provoquent les rencontres, et ce sont elles qui arrangent les mariages, pour assurer la reproduction sociale d’une progéniture qui veut seulement profiter de sa jeunesse. Tout change, rien ne change.

The Gilded Age, disponible sur OCS

Image (c) HBO

« Red Light », « Winning Time »… Nos bons plans plateformes du mois

Lire l'article

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur