Cannes 2021CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • Article
  • 5 min

Le Jouet de Francis Veber

  • Michaël Patin
  • 2016-04-10

Premier film réalisé par Francis Veber, mais troisième apparition au cinéma de son personnage François Perrin, après Le Grand Blond avec une chaussure noire et Le Retour du Grand Blond – tous deux réalisés par Yves Robert et scénarisés par Veber –, Le Jouet, sorti en 1976, est l’un des moins connus de la série, mais aussi l’un des plus attachants. Son aura culte, il la doit autant à son outrance satirique qu’à sa brochette de seconds rôles – Michel Aumont, Gérard Jugnot, Jacques François et Michel Bouquet, inoubliable en patron de presse sadique. Le film atteint son paroxysme avec la séquence de la garden-party organisée par Rambal-Cochet, que ses employés fraîchement licenciés décident de gâcher en organisant une manifestation. Déguisé en cow-boy d’opérette, Perrin hésite à rallier les syndicalistes, mais choisit de rester auprès de son « propriétaire », pour lequel il est devenu, malgré lui, la seule figure d’autorité. Fendant la foule d’un pas décidé, il rejoint le gamin pour un duel de western et, touché par une balle imaginaire, se lance dans une imitation d’agonie interminable, sous le regard ébahi des invités. « N’en faites pas trop, M. Perrin », siffle Rambal-Cochet. Mais la manif débute, et Perrin en remet une couche, renversant les tables en hurlant des ordres, comme s’il s’agissait d’une attaque d’Indiens… Francis Veber dévoile ici la nature profonde de son personnage fétiche, agent du chaos qui dynamite les normes sociales de l’intérieur et investit l’enfance comme principe de subversion.

Le Jouet
de Francis Veber (1h30)
avec Pierre Richard, Michel Bouquet…
les 10 et 17 avril à la Cinémathèque française

 

Tags Assocíes

  • scène culte

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur