CinémaCultureKidsGEn.ALe magazine
  • News
  • Article
  • 2 min

Arte soutient les prochains films de Philippe Garrel et Alice Rohrwacher

  • Trois Couleurs
  • 2021-09-30

"La Lune crevée" de Philippe Garrel racontera le destin tragique d’une fratrie d’artistes marionnettistes, jouée par les trois enfants du réalisateur.

Noir et blanc argentique, jeu d'acteur naturaliste, histoires d'amour hantées par les spectres du passé : c'est à peu près la formule artistique à laquelle Philippe Garrel, habile artisan des états d'âme invisibles, nous a habitués depuis son premier long-métrage, Marie pour mémoire (1967), jusqu'au récent Le Sel des larmes (2020).

Son nouveau projet, soutenu par Arte, semble légèrement dévier de ces trajectoires d'éducation sentimentale qu'il affectionne tant. "Philippe Garrel veut raconter la destinée romanesque et tragique d’une fratrie d’artistes marionnettistes, en réunissant pour la première fois à l’écran ses trois enfants Louis, Esther et Léna. Une corporation qui lui tient particulièrement à cœur - son propre père, Maurice Garrel, fut marionnettiste avant de devenir comédien" explique la chaîne dans un communiqué officiel. On parie que cette réunion de famille sera l'occasion pour le cinéaste de questionner les liens intergénérationnels, et le poids parfois lourd de la transmission.

Philippe et Louis Garrel, l’entretien fils et papa

Lire l'interview

Après Heureux comme Lazzaro, fable surréaliste dans une Italie habitée par la brutalité de l’exode rural post-fascisme, la réalisatrice Alice Rohrwacher reviendra avec La Chimère, l'histoire d'Arthur, un chasseur de vestiges étrusques située dans les années 1980, revenu sur le littoral de la mer Tyrrhénienne pour pratiquer son activité illégale avec une bande de bandits. L'homme a un don : il ressent le vide, celui laissé en lui par le souvenir de son amour perdu, Beniamina.

« En filmant à travers le regard d’un étranger comme Arthur, qui par sa nature même, se place entre la vie et la mort, je souhaite vous emmener dans une époque, un monde, une histoire qui remet profondément en question notre relation à la temporalité, au passage du temps et à sa signification », a déclaré la réalisatrice, qui explore souvent dans ses films les frontières poreuses entre la réel et le fantasme, et les histoires qu'on se raconte à soi-même pour survivre à la disparition d'un être cher.

Arte soutiendra également le nouveau film de Karim Moussaoui, très remarqué pour son premier film En attendant les hirondelles, dans lequel il mêlait le destin de trois personnages confrontés à la corruption et l'autoritarisme de l'Algérie contemporaine. Adapté d'un roman de Samir Toumi, L’Effacement épousera le point de vue de Reda, élevé dans une famille bourgeoise algéroise, en pleine lutte contre les injonctions sociales.

Karim Moussaoui, ligne d’horizon

Lire l'interview

Dernier soutien en date annoncé par la chaîne, que l'on guette avec impatience : Le Retour de Saturne de Jonas Trueba. Le cinéaste espagnol, dont on avait adoré le conte rhomérien Eva en août, y raconte le destin d'un groupe de rock andalou phare des années 1990, Los Planetas. 

Jonás Trueba : « En Espagne, les jeunes cinéastes de ma génération ont des choses à dire »

Lire l'entretien

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur