Festival de CannesCinémaCultureGEn.ALe magazine
  • News
  • Article
  • 2 min

On en sait plus sur les multiples projets de Park Chan-wook

  • Ysé Mercury
  • 2022-05-31

À peine récompensé à Cannes du Prix de la mise en scène pour « Decision to Leave », le cinéaste sud-coréen Park Chan-wook nous tease déjà ses prochains projets. Dans l’esprit ultra créatif du réalisateur, on trouve pêle-mêle un western, un film de science-fiction et un thriller social.

« Decision To Leave » de Park Chan-wook : vertigineux thriller sentimental

Lire l'article

Alors qu'il œuvre à la réalisation de la série HBO produite par A24 The Sympathizer, une réadaptation du roman du même nom de Viet Thanh Nguyen (prix Pulitzer de la fiction en 2016, le livre se déroule entre le Vietnam et la Californie des années 1975 et 1980), Park Chan-wook n’en perd pas moins de vue ses projets cinématographiques, comme le rapporte Deadline, dans une interview menée à Cannes la semaine dernière.

Après le film de vampires (Thirst), le film fantastique (Je suis un cyborg), il est toujours question du projet de western qui semble lui tenir à coeur, Les Brigands de Rattlecreek. Une histoire de vengeance d’un shérif dont on entend parler depuis 2006, mais dont l'ultraviolence du scénario désincite quelques investisseurs selon Collider,. Sans donner de détails à ce sujet, Park Chan-wook annonce également avoir pour projet un film de science-fiction.

« Decision to Leave » de Park Chan Wook : ce qu'en pensent les critiques sur Twitter

Lire l'article

Mais le virtuose du thriller n’abandonne pas pour autant son genre de prédilection. Il revient sur un projet dont il parlait déjà en 2019 : le remake du thriller social de Costa Gavras, Le Couperet (2005). L'histoire d’un homme qui, acculé financièrement, en vient à éliminer les personnes concourant pour les mêmes emplois.

Le Couperet poursuivrait ainsi la fresque de la vengeance entamée par le réalisateur mais en la rendant, ici, encore plus explicite dans sa dimension politique. La vengeance en tant que moyen de se faire justice soi-même, là où les voies institutionnelles sont bloquées. Pour vivre, il faut travailler, il n’y a pas de travail, alors il faut tuer pour travailler.

« Tous mes projets potentiels circulent entre les mains de ceux qui peuvent me donner de l'investissement », a déclaré Park Chan-wook à Deadline. Sa consécration sur le palmarès cannois devrait rassurer ceux qui doutaient encore de son génie.

Depuis 2004 et le Grand Prix pour Old Boy, le cinéaste sud-coréen figure parmi les habitués de la Croisette : Prix du jury pour Thirst, ceci est mon sang en 2009, en Compétition officielle avec Mademoiselle en 2016 et cette année, Prix de la mise en scène avec son thriller sensuel Decision to leave. On n'a donc pas fini d'avoir Park Chan-wook et ses thrillers entêtants sur nos écrans !

Inscrivez-vous à la newsletter

Votre email est uniquement utilisé pour vous adresser les newsletters de mk2. Vous pouvez vous y désinscrire à tout moment via le lien prévu à cet effet intégré à chaque newsletter. Informations légales

Retrouvez-nous sur